Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°604512

"Il y a colère dans le cathéter" : par une chanson, le personnel des urgences du CH de Valence demande plus de moyens

"Débloquez des crédits, ne fermez plus de lits, conservez tous nos postes, assurez-nous du stock" : vendredi 5 avril 2019, les personnels du CH de Valence (Drôme) ont chanté devant Agnès Buzyn, ministre en charge de la Santé, leur "colère" et leurs revendications. La vidéo de cette chanson, intitulée "Il y a colère dans le cathéter", traduit le "ras-le-bol" du personnel des urgences, en grève illimitée depuis le 27 mars dernier. Le service proteste contre le "contrat de développement" annoncé par la direction de l’établissement, qui prévoit des suppressions de postes et de lits.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Dans une vidéo relayée par les réseaux sociaux, les infirmiers du CH de Valence (Drôme) chantent leur "colère".

La chanson est dynamique et entraînante. Mais entre les notes musicales, le personnel infirmier du CH de Valence (Drôme) "sonne l’alarme" : "Ils coupent tous nos moyens, ils disent 'ça ira bien'", chantent les infirmiers, avant de demander "plus de matériel […], des draps, des couvertures, des blouses et de l’oxygène, et des médicaments en nombre suffisant". Cette chanson, ils l’ont chantée devant la ministre en charge de la Santé, Agnès Buzyn, lors de son déplacement à Lyon, vendredi 5 avril 2019. La direction aussi en a pris connaissance : "Le message est entendu", dit-elle, jointe par AEF info. "Mais le problème des urgences dépasse le CH de Valence, c’est un sujet national."

"Les mots sont justes et traduisent un vrai ras-le-bol du personnel hospitalier", explique Virginie Turrel, porte-parole pour le service des urgences, du syndicat SUD. Le service est en grève illimitée depuis le 27 mars, à l’appel de la CGT, FO et SUD. Une grève générale s’est déroulée dans l’ensemble du CH valentinois, le 26 mars dernier, contre le "contrat de développement" annoncé par la direction.

30 lits supprimés, 50 postes gelés

Ce contrat, qui doit prendre effet le 1er mai prochain, prévoit de "réorganiser l’offre de soins pour la chirurgie et la médecine" et de résorber un déficit estimé à 8 M€ en 2018. Sur l’offre de soins, la direction constate qu'"il y a besoin de moins de lits de chirurgie, car les techniques opératoires ont changé et le temps d’hospitalisation est réduit", notamment grâce à la chirurgie ambulatoire, qui représente 48,9 % des chirurgies à Valence. "Globalement, il y avait 30 lits non occupés en moyenne annuelle."

Ainsi, ces 30 lits vont être supprimés, et parallèlement, les unités de soins vont connaître une "harmonisation" du nombre de lits, fixé à 30 par unité. Une unité d’hospitalisation de semaine en médecine va connaître en revanche un renfort le week-end : pendant la fin de semaine, le nombre de lits sera porté à 44.

En plus de cette réorganisation, la direction de l’hôpital veut résorber son déficit, estimé à 8 M€ en 2018 (chiffre non consolidé), notamment pour pouvoir financer, via un emprunt, des travaux sur les plateaux techniques. Ces travaux doivent permettre de rénover à horizon 2023, le bloc opératoire, le service de réanimation, la maternité, un Ehpad et l’unité de chirurgie ambulatoire, moyennant un coût de 40 M€, dont 20 M€ seraient pris en charge par l’ARS.

"On va vers le pire"

Dans cet objectif de retour à l’équilibre, 50 postes seront gelés sur les 2 700 que compte l’hôpital : des départs d’infirmiers, aides-soignants, administratifs, etc., ne seront donc pas remplacés. "Le service des urgences ne va pas se remettre de telles mesures", craint Virginie Turrel (SUD). "On va vers le pire. Aujourd’hui on traite la santé comme une entreprise", déplore-t-elle.

Les urgences connaissent une hausse des passages de 2,5 % par an, et 20 % des hospitalisations environ proviennent du service : "On nous demande à la fois de gérer le flux, de plus en plus important, et les hospitalisations, alors que nous ne sommes pas assez nombreux", indique la porte-parole du service. "Aujourd’hui on travaille dans des couloirs de passage qui n’appartiennent pas aux urgences, et où il n’y a pas, par exemple, de prises à oxygène."

Une réflexion sur les flux

Le service demande donc des personnels de renfort, aides-soignants et médicaux, des brancardiers et des infirmiers dédiés à la logistique, car "il faut courir dans tous les services pour chercher du matériel"… bref, "assez de moyens pour s’occuper des gents", résume Virginie Turrel.

Selon la direction, le problème des urgences est celui du flux : "Cela nous oblige à avoir une réflexion sur le flux de malades, qui peut trouver une solution dans une meilleure anticipation et une meilleure organisation des sorties au sein des services", indique la direction du CH. Le temps d’hospitalisation serait réduit au strict nécessaire. "Par ailleurs, il faut que l’on réfléchisse à la gestion des pics saisonniers", poursuit la direction, évoquant la création de "services 'tampons' qui absorbent ces pics". "Nous le faisons en pédiatrie, lorsque des lits sont activés en hiver, pendant la période des bronchiolites."

"on manque de masques, de gants, de médicaments…"

Pour la suite du mouvement, le personnel du CH de Valence prévoit de faire remonter sa demande à la direction du CH et à l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes. Tous deux ont été alertés par la CGT, dans un courrier du 2 avril 2019, sur des "dysfonctionnements des SMUR de la Drôme, du SAMU 26 et des services d’urgences". L’organisation dénonce "un manque de médecins urgentistes", dans plusieurs établissements du département.

Le mouvement du personnel de Valence compte également relancer le cabinet d’Agnès Buzyn, qu’une délégation commune entre plusieurs hôpitaux a pu rencontrer vendredi 5 avril, en marge du déplacement lyonnais.

à lire aussi

Protection sociale

Aperçu de la dépêche Aperçu
Services d'urgences : la Cour des comptes veut accélérer le développement d'alternatives en ville (rapport annuel)
Lire la suite
Le CHU de Clermont-Ferrand condamné pour le décès d'une patiente restée 16 heures aux urgences

Un "retard de diagnostic" et de traitement est une faute imputable à un CHU, de nature à engager sa responsabilité : c’est ce que retient le Tribunal administratif de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), dans un jugement daté de début novembre 2018. Dans cette affaire, une patiente est décédée aux urgences du CHU clermontois, après y être restée environ 16 heures.

Lire la suiteLire la suite
L’ARS réorganise les urgences à Auxerre où seul l’hôpital assurera la prise en charge la nuit

À Auxerre, où plus de 85 % des passages aux urgences sont des consultations non suivies d’hospitalisations, l’ARS Bourgogne Franche-Comté a pris la décision de confier leur prise en charge la nuit au seul centre hospitalier (le CHA). La polyclinique, elle, assurera le service aux côtés du CHA uniquement en journée. La polyclinique, en déficit, devrait pouvoir ainsi redévelopper son activité, qui souffre d’un nombre insuffisant de praticiens.

Lire la suiteLire la suite

Protection sociale

Aperçu de la dépêche Aperçu
CHRU de Besançon : la grève aux urgences se poursuit malgré le plan d’actions présenté par la direction
Lire la suite

Protection sociale

Aperçu de la dépêche Aperçu
Les députés adoptent la création d’un "forfait de réorientation" pour désengorger les urgences (PLFSS 2019)
Lire la suite
Les urgences de Besançon, en grève, appellent la direction à réagir après le rapport du CHSCT

A l’appel des syndicats (CFDT, CGT, FO, Sud Santé etUNSA), les agents du SAU, du Smur et duSamu du CHRU de Besançon commencent une grève, d’une durée illimitée, à partir du 9 octobre 2018. C’est ce qu’ils annoncent dans un communiqué où ils expliquent protester contre "de graves dysfonctionnements" mettant en danger le personnel. Ils reprochent à la direction de ne pas avoir pris en compte les conclusions d’un cabinet d’expertise diligenté par le CHSCT à la suite de la tentative de suicide d’un médecin régulateur en mars dernier.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sophie Esposito, journaliste