Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Ival 2018 : dans quelles académies se situent les lycées les "plus performants" de France ?

Près du quart des lycées généraux et technologiques les "plus performants" de France se situe dans l’académie de Créteil, selon l’analyse faite par AEF info des Ival 2018 rendus publics le 20 mars 2019. La proportion est quasiment la même concernant les lycées professionnels. En revanche, en proportion du nombre total de lycées par académie, ce sont les académies de Corse, pour les LGT, et de la Réunion, pour les LP, qui placent le plus de leurs lycées parmi les "plus performants". Les académies de Lille, Paris et Versailles sont aussi bien représentées.

Les Ival de la session 2018 sont rendus publics par le ministère de l’Éducation nationale mercredi 20 mars 2019. La méthodologie utilisée par la Depp pour déterminer ces indicateurs (1) est la même que celle de la session 2017, à partir de trois "valeurs ajoutées" (VA), calculées à partir des données de l'année 2017-2018 : celle du taux de réussite au bac, celle du taux d’accès au bac et celle du taux de mentions au bac, qui sont, pour chacune d’entre elles, déterminées à partir du calcul "taux observé - taux attendu".

AEF info a choisi, cette année, de regarder dans quelle académie sont situés les 200 lycées généraux et technologiques (LGT) les "plus performants" d’un côté, et les 200 lycées professionnels (LP) les "plus performants" de l’autre (2). Pour ce faire, AEF info a utilisé la méthodologie suivante :

  • le résultat pour chaque lycée correspond à la moyenne des trois valeurs ajoutées, ce qui permet de prendre en compte de manière équivalente les lycées qui font réussir leurs élèves (VA du taux de réussite), les lycées "accompagnateurs" (VA du taux d’accès), autrement dit qui ne sélectionnent pas leurs élèves entre la première et le baccalauréat, et les lycées qui parviennent à "tirer le meilleur de leurs élèves" (VA du taux de mentions).

  • seuls les lycées qui ont présenté plus de 100 élèves au baccalauréat pour les LGT et plus de 40 pour les LP ont été pris en compte, la moyenne nationale étant respectivement de 228 et 82, afin d’éviter le biais de variables trop fortes dues à de trop petits effectifs. Cela revient à observer 1 843 LGT et 1 633 LP (respectivement 79,6 % des LGT et 80,6 % des LP de l’étude de la Depp) (3).

  • les lycées publics et privés sont dans le classement.

Ces 200 LGT et 200 LP sont ainsi ceux qui présentent les meilleurs résultats par rapport à ceux attendus.

1/4 des lycées GT "les plus performants" sont dans l’académie de Créteil

Les 3 académies franciliennes parmi les 6 premières. Selon ces critères, c’est l’académie de Créteil qui compte le plus grand nombre de lycées généraux et technologiques "performants" : 44 sur 200. Sur ces 200 lycées, 120 sont publics et 80 privés. Les deux premiers de ce classement sont d’ailleurs de cette académie : les lycées Alfred-Nobel de Clichy-sous-Bois (93) et Louise-Michel de Bobigny (93). Suivent les académies de Lille (20 lycées), Paris (19), Aix-Marseille (18), Versailles et Strasbourg (15). Les académies de Caen, La Guadeloupe, Limoges, Reims et Rouen ne présentent pas de lycées parmi les 200 premiers.

La Corse en tête, relativement au nombre total de LGT. Le classement de lycées établi par AEF info correspond peu ou prou à celui du nombre total de lycées GT par académies : par exemple, Créteil est la 2e académie à comporter le plus de LGT (présentant au moins 100 candidats au bac) en France et Lille la 3e. En revanche, des particularités peuvent être observées : Paris se retrouve en troisième position du classement des lycées performants alors qu’elle n’est que la 8e académie en termes de nombre de lycées.

La Corse arrive en tête au classement du taux de meilleurs lycées par rapport au nombre total de lycée : 3/4 de ses lycées font partie des 200 "performants". A contrario, Nantes, 4e académie sur le nombre total de lycées, est la 23e académie ex æquo en termes de taux de lycées performants.

Un taux de réussite attendu plus faible à Créteil. En outre, une autre des raisons possibles pouvant expliquer la première place de Créteil, en valeur absolue, est le fait que son taux de réussite attendu est plus faible que la moyenne nationale (89 % contre 92 %), lui permettant d’obtenir une valeur ajoutée plus importante que d’autres académies, comme Nantes et Rennes qui ont elles un taux de réussite attendu de 95 %.


Créteil aussi en tête pour les lycées professionnels

Lille et Paris aussi bien placées. Concernant les lycées professionnels, c’est également dans l’académie de Créteil que se situe une grande partie des établissements les plus "performants" : 41 sur 200. Sur ces 200 lycées, 138 sont publics et 62 privés. Le premier LP, selon ces critères, est le lycée Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi (94). Viennent ensuite les académies de Lille (18 lycées), Versailles (13), Lyon (12), Rennes et Paris (10). Seule l’académie de Limoges ne présente pas de lycées parmi les 200 premiers.

La Réunion en tête, relativement au nombre total de LP. Là encore, le classement correspond peu ou prou à celui du nombre total de LP par académies : Créteil est la 2e académie en termes de nombre total de LP (présentant au moins 40 candidats au bac), Lille 3e, Versailles 1re. Grenoble, en revanche, est la 4e académie au nombre total de lycées mais n’est que 13e au classement des 200 lycées "performants". À l’inverse, La Réunion place 9 de ses 24 LP parmi les 200 "performants" et la Guadeloupe 6 de ses 17 LP.

Un taux de réussite attendu plus faible à Créteil. Également, une autre des raisons possibles pouvant expliquer la première place de Créteil, en valeur absolue, est que, pour les lycées professionnels aussi, son taux de réussite attendu est plus faible que la moyenne nationale (79 % contre 84 %), lui permettant d’obtenir une valeur ajoutée plus importante que d’autres académies, comme Nantes qui a, elle, un taux de réussite attendu de 89 %.


(1) Selon le MEN, "l’analyse combine des facteurs individuels des élèves (âge et sexe, niveau scolaire à l’entrée au lycée, origine sociale) et des facteurs liés à la structure de l’établissement (pourcentage de filles, part d’élèves en retard scolaire, répartition des élèves par origine sociale et note moyenne obtenue au DNB). On tient compte, par exemple, du fait que les lycées ayant la plus forte proportion d’enfants de cadres supérieurs ou d’enseignants ont un impact positif sur les enfants d’ouvriers ou d’inactifs qu’ils scolarisent en moindre proportion.

(2) Retrouvez les classements des lycées les plus "performants" dans les documents joints.

(3) La Depp exclut déjà les LGT présentant moins de 20 élèves au bac et les LP en présentant moins de 10.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Erwin Canard, journaliste