Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Perturbation d’un colloque sur la Shoah à l’EHESS : Frédérique Vidal proteste auprès de son homologue polonais

"Une expression claire de votre part visant à distancier le gouvernement polonais de ces perturbations hautement regrettables me semblerait de nature à faire revenir l’apaisement parmi les universitaires français." C’est ce qu’a écrit Frédérique Vidal, ministre de l’ESRI, à son homologue polonais, Jaroslaw Gowin, le 1er mars 2019. Les 21 et 22 février, un colloque scientifique de l’EHESS sur "la nouvelle école polonaise de l’histoire de la Shoah" a été perturbé par des "activistes polonais" et des "insultes antisémites" ont été proférées.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Antisémitisme à Paris-XIII : un étudiant temporairement exclu, sept relaxés par la section disciplinaire

La section disciplinaire "usagers" de Paris-XIII a statué le 8 février 2019 sur une affaire de trouble à l’ordre public de l’établissement, pour antisémitisme et harcèlement, indique l’université. Sept étudiants ont été relaxés, l’un a été condamné à un an d’exclusion, dont deux mois ferme. Cette décision fait suite à la plainte déposée le 20 octobre 2018 par une étudiante en Paces, pour des injures antisémites, classée sans suite par la justice (lire ici et ici). "La situation que la juridiction disciplinaire de Paris-XIII a eue à connaître a donné lieu à un grand nombre de spéculations […] et aux exagérations les plus violentes sur les réseaux sociaux, relève Paris-XIII, qui appelle à "revenir à la raison" tout en poursuivant "un inlassable examen de conscience sur les questions de discrimination, de racisme et d’antisémitisme". Un appel de ces décisions devant le Cneser est possible.

Lire la suiteLire la suite