Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le CNRS envisage l’adhésion de ses chercheurs au Rifseep pour améliorer leur régime indemnitaire

"Le régime indemnitaire des chercheurs est sans doute le plus vétuste, le plus bas et le plus mal distribué de la catégorie A+ de la fonction publique de l’État." Tel est le constat que dresse le CNRS dans une note sur le régime indemnitaire de ses chercheurs, datée de fin octobre 2018, qu’AEF s’est procurée. Au-delà de l’état des lieux chiffré, l’organisme de recherche étudie deux scénarios pour revoir le régime indemnitaire de ses chercheurs. Celui qui lui paraît le plus réaliste consisterait à "viser l’adhésion des corps de chercheurs du CNRS au Rifseep au 1er janvier 2020".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le CNRS "souhaite ouvrir le chantier indemnitaire" des chercheurs en 2019

En rendant compte du vote de son budget initial pour 2019 en conseil d’administration le 13 décembre 2018, le CNRS revient sur sa politique indemnitaire, dans sa lettre d’information CNRS Hebdo du 20 décembre 2018. "Concernant les chercheurs et chercheuses, le CNRS souhaite ouvrir le chantier 'indemnitaire' en 2019 auprès du ministère" de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, annonce-t-il. "L’objectif poursuivi doit être de rendre plus attractives les carrières des scientifiques et de rapprocher leur niveau de primes de celui des autres cadres de la fonction publique." Le niveau des primes consenties aux chercheurs par rapport aux primes des autres fonctionnaires est régulièrement dénoncé comme "ridicule", "scandaleusement bas" ou encore "de misère" par plusieurs syndicats, dont le SNCS-FSU, le SNTRS-CGT et le Sgen-CFDT (lire sur AEF info ici, ici et ici)

Lire la suiteLire la suite