Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Sécurité globale| Sécurité privée| Dépêche n°598020

L’habilitation des directeurs de la sûreté au secret de la défense nationale bientôt étendue hors OIV (colloque du CDSE)

"Le CDSE est partenaire du SGDSN pour animer un 'cercle de confiance' qui permettra, dans quelques jours, d’habiliter au secret de la défense nationale tous les directeurs de la sécurité des grandes entreprises françaises, et pas seulement celles qui sont d’importance vitale". C’est ce qu’annonce le président du CDSE, Stéphane Volant, lors du colloque annuel de l’organisation, mardi 18 décembre 2018, à Paris. "Nous sommes conjointement à l’origine de cette initiative", confirme Pascal Bolot, directeur de la protection et de la sécurité de l’État au SGDSN.

L'extension de l’habilitation au secret de la défense nationale des directeurs de la sûreté des entreprises hors OIV va permettre à ces derniers "d’échanger plus facilement, par exemple avec les agents de la DGSI, sans enfreindre les lois protégeant le secret de la défense nationale", estime Stéphane Volant, mardi 18 décembre 2018. Le président du CDSE et secrétaire général de la SNCF s’exprimait en ouverture du colloque annuel de l’association regroupant des directeurs de sûreté et de sécurité en entreprise (lire sur AEF info).

"Les travaux sont bien avancés, il reste encore à échanger ensemble pour stabiliser cela", indique Pascal Bolot. Le directeur de la protection et de la sécurité de l’État au SGDSN précise que ses services ont fait parvenir au CDSE "une convention qui permet, dans un premier temps d’accéder au niveau 'diffusion restreinte' et, dans certains cas, au niveau 'confidentiel défense' aux entreprises et directeurs qui en feraient la demande". "Par définition, on ne voudrait pas exposer ces directeurs à des problématiques de compromission", explique-t-il.

Une proposition FORMULÉE LORS DE LA CONCERTATION SUR LA PSQ

Une telle évolution avait été soumise par le CDSE au ministère de l'Intérieur en 2017, dans le cadre de la concertation sur la police de sécurité du quotidien. La proposition du CDSE portait alors sur la nécessité d’élargir le nombre d’entreprises bénéficiant d’une classification spécifique en matière de sécurité permettant notamment à leur directeur de la sûreté d’être habilité "confidentiel défense.

En décembre 2017, lors du précédent colloque du CDSE, Gérard Collomb, alors ministre de l'Intérieur, avait évoqué cette possibilité (lire sur AEF info). Il jugeait alors nécessaire de "veiller à ce que de tels dispositifs demeurent très encadrés", mais ne se déclarait néanmoins "pas opposé à la création d’une classification intermédiaire".

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marc-Antoine Bindler, journaliste