Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Climate Finance Day : Brune Poirson lance la feuille de route de la finance durable pour la France

Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, a lancé lundi 26 novembre 2018, lors de la première journée de la table ronde mondiale de l’Unep-Fi, la feuille de route de la finance durable pour la France. Le document fait des recommandations dans quatre catégories : clarifier et approfondir la responsabilité fiduciaire des investisseurs ; promouvoir l’analyse et la mesure des impacts des activités d’investissement ; créer un contexte favorable à l’essor de l’investissement responsable ; et renforcer la dynamique collaborative entre acteurs publics et privés.

Martin Skancke, Brune Poirson et Philippe Zaouati lundi 26 novembre 2018, à l'Unep-FI Global Roundtable. @UNEP_FI

"Quand on parle de finance, on parle d'épargne des ménages. C'est très concret ! C'est pourquoi les citoyens demandent davantage de transparence sur la façon dont leur argent est utilisé. Les gens sont prêts à encourager les énergies renouvelables et en même temps, ils ne comprennent pas que leurs économies soient utilisées pour financer de nouveaux gazoducs. Ils veulent plus que des retours sur investissement, ils exigent que leur argent ait un impact positif. C'est pourquoi nous travaillerons activement à ce que la finance durable devienne la norme", introduit Brune Poirson ce lundi, à l'occasion du lancement de la feuille de route de la finance durable pour la France.

"La France, leader de la finance durable" selon les PRI

"La France est reconnue par tous comme l'un des marchés leaders en matière de finance durable", souligne Martin Skancke, président des PRI (Principes pour l'investissement responsable). Mais des obstacles à la pleine intégration des enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans les pratiques d'investissement demeurent. "La feuille de route peut donc se révéler utile pour améliorer encore cette position", ajoute le président des PRI. Les difficultés pourraient être surmontées, notamment dans le cadre des évolutions du cadre réglementaire en France et en Europe, en exigeant que les acteurs du secteur financier clarifient leur responsabilité fiduciaire et intègrent les questions ESG dans leurs stratégies et leurs outils.

Le document, préparé par les PRI, l'Unep-Fi et la Generation Foundation, en partenariat avec Finance for tomorrow, présente ainsi des recommandations pour que le marché français renforce sa position de leader et continue à progresser dans l'intégration de l'investissement responsable. Elle est le fruit de consultations avec les principaux investisseurs français, les pouvoirs publics et les associations professionnelles.

La feuille de route détaille, en quatre catégories, des recommandations à destination des investisseurs, associations professionnelles et de place, et des pouvoirs publics :

  1. Premièrement, la clarification de l'obligation des investisseurs d'intégrer et de publier les enjeux ESG sur toutes les classes d'actifs. Cela inclut le renforcement de l’article 173 de la LTECV ;
  2. Deuxièmement, les investisseurs devraient considérer les conséquences environnementales et sociales de leurs activités d’investissement. Cela inclut le développement de méthodologies afin de mesurer les impacts sociaux et environnementaux des investissements ;
  3. Troisièmement, les investisseurs, les régulateurs et les associations professionnelles et de place devraient développer des outils permettant de créer un contexte favorable au développement de l’investissement responsable. Les recommandations de la feuille de route cherchent à améliorer le dialogue entre les investisseurs et les entreprises sur les questions ESG et à augmenter la demande de produits financiers durables ;
  4. Enfin, la collaboration : les investisseurs, les pouvoirs publics et les associations professionnelles et de place devraient collaborer afin de mettre en œuvre les recommandations de la TCFD, l’analyse de scénario climatique et l’article 173.
Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Ioana Doklean, journaliste