Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Réforme du Système d'information Schengen : le recours accru à la biométrie définitivement adopté

Les États membres de l’Union européenne adoptent définitivement, lundi 19 novembre 2018, trois propositions de règlements visant à renforcer le Système d’information Schengen, principal fichier de police européen. Les textes élargissent le recours à la biométrie, en permettant l’identification de personnes à partir d’images de leur visage, notamment lors des contrôles aux frontières, souligne le Conseil de l’UE dans un communiqué. Ils prévoient en outre la création de catégories d’alertes additionnelles.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
"Nous avons un vrai problème avec la mise en œuvre effective des textes européens en matière de sécurité" (Julian King)

"Nous avons un vrai problème avec la mise en œuvre effective des textes européens adoptés ces dernières années en matière de sécurité", déclare Julian King, lundi 12 novembre 2018. Le commissaire européen chargé de l’Union de la Sécurité s’exprimait à Sciences Po Paris dans le cadre d’un cycle de cours dispensés par l’ancien Premier ministre, Bernard Cazeneuve. Selon Julian King, "la mise en œuvre de la directive sur les armes à feu s’est faite dans seulement cinq des 28 États membres à l’heure actuelle". Il évoque en outre le retrait des contenus terroristes et les conséquences du Brexit.

Lire la suiteLire la suite
Fichiers de police : les 28 renforcent l'agence européenne EU-Lisa

Le Conseil de l’Union européenne, composé des représentants des États membres de l’UE, adopte définitivement un projet de règlement renforçant l’EU-Lisa (Agence européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle au sein de l’espace de sécurité), vendredi 9 novembre 2018. Le texte prévoit notamment de confier à l’agence le développement et la mise en place de nouveaux fichiers, tel que le système européen d’entrée-sortie et le dispositif Etias. Le texte entrera en vigueur vingt jours après sa publication au Journal officiel de l’Union européenne.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Brexit : ni l'UE ni le Royaume-Uni ne gagneraient à mettre un terme à leur coopération en matière de sécurité (rapport)
Lire la suite
Terrorisme : les eurodéputés adoptent la réforme du Système d’information Schengen en séance plénière

Les eurodéputés adoptent, mercredi 24 octobre 2018, trois propositions de règlements mettant à jour le Système d’information Schengen. Ces textes visent notamment à garantir l’accès des agents d’Europol à toutes les catégories de données du fichier. Ils prévoient également l’enregistrement de données de personnes non identifiées, recherchées pour des faits de terrorisme. Ils ouvrent par ailleurs la possibilité de recourir aux images faciales à des fins d’identification lors des contrôles aux frontières. Ces textes doivent désormais être formellement approuvés par le Conseil de l’UE.

Lire la suiteLire la suite
Contrôles aux frontières internes de l’UE : le Parlement européen s’oppose à l’extension proposée par la Commission

Les eurodéputés de la commission Libe s’accordent, lundi 22 octobre 2018, pour limiter à un an maximum, au lieu de deux actuellement, les contrôles aux frontières intérieures de l’espace Schengen en vue d’un événement prévisible. La Commission européenne avait au contraire souhaité, dans le projet de texte transmis au Parlement européen, porter cette période à trois ans. Le texte de la Commission "a été pensé pour légaliser les pratiques actuelles de certains États membres qui ne correspondent plus aux dispositions en vigueur du code frontières Schengen", dénonce Tanja Fajon (S&D, Slovénie).

Lire la suiteLire la suite