Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°595559

L’exercice du droit de retrait n’est pas privé de justification du seul fait de la reprise rapide du travail

Le droit de retrait exercé par des salariés exposés à un risque psychosocial avéré n’est pas privé de fondement du seul fait qu’ils ont repris le travail le lendemain après que l’employeur a pris des mesures correctives. La Cour de cassation censure le 10 octobre 2018 une cour d’appel qui a approuvé la retenue sur salaire infligée à des agents contractuels de La Poste qui avaient exercé leur droit de retrait.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 94 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Une enquête révélant un ressenti élevé de RPS pour une minorité de salariés ne justifie pas une expertise "risque grave"

Ne suffit pas à caractériser l’existence d’un risque grave justifiant le recours à une expertise du CHSCT, une enquête auprès de salariés qui révèle qu’une minorité d’entre eux s’estiment en risque psychosocial élevé, associée à des indicateurs tels un absentéisme et un turn-over plus élevé que la moyenne nationale, ou des alertes plus anciennes de la médecine du travail. C’est ce que retient la Cour de cassation dans deux arrêts non publiés du 17 octobre 2018 concernant deux CHSCT d’une même entreprise.

Lire la suiteLire la suite
Une cour d’appel suspend le déploiement d’un nouvel outil informatique en raison des risques psychosociaux qu’il génère

La cour d’appel de Versailles suspend le 18 janvier 2018 le déploiement par une société d’un nouvel outil informatique dans le cadre d’une réorganisation, en raison des atteintes à la santé mentale constatées chez les utilisateurs dans une région "pilote". La cour retient que le juge judiciaire est compétent pour sanctionner la violation par l’employeur de son obligation de sécurité et de prévention dans la mise en œuvre d’un PSE, même validé par l’administration. Après avoir noté les mesures prises par l’employeur à la suite d’une alerte du CHSCT, la cour conclut cependant à la persistance des risques psychosociaux. Le "non-respect persistant" par l’employeur de son obligation de sécurité constitue un trouble manifestement illicite justifiant la suspension du déploiement du projet dans l’attente des résultats de l’évaluation dans la région pilote.

Lire la suiteLire la suite
Le droit de retrait d’un salarié n’est pas remis en cause par le fait que l’employeur a accepté qu’il quitte son poste

L’article L. 4131-1 du code du travail permet au salarié de se retirer d’une situation de travail "dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé". Le licenciement d’un salarié motivé par l’exercice légitime de son droit de retrait est nul. Tel est le cas du licenciement pour faute grave d’un salarié pour avoir refusé un poste à l’étranger, dès lors que l’employeur lui reproche, à l’appui de son licenciement, d’avoir exercé son droit de retrait lors d’une précédente mission. La réalité du retrait du salarié n’est pas remise en cause par le fait que l’employeur a accepté immédiatement de le rapatrier. C’est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 25 novembre 2015.

Lire la suiteLire la suite
Un salarié ne peut exercer son droit de retrait pendant un arrêt de travail pour maladie

Une salariée dont le contrat de travail est suspendu pour maladie ne peut exercer son droit de retrait d'une situation de travail dont elle a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa santé. En effet, le droit de retrait ne peut être exercé que pendant l'exécution du contrat de travail, précise la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 9 octobre 2013.

Lire la suiteLire la suite
Jurisprudence : la sélection de la semaine (suppression d'heure de nuit, droit de retrait, décision du Direccte après les élections…)

La chambre sociale de la Cour de cassation se prononce sur la suppression d'une heure de travail de nuit, précise que le juge des référés ne peut se prononcer sur l'existence d'un motif raisonnable pour le salarié d'exercer son droit de retrait et rappelle que les faits susceptibles de constituer un harcèlement moral doivent être analysés dans leur ensemble. Le Conseil d'État, de son côté, considère que la décision du Direccte concernant le découpage de l'entreprise en établissements distincts doit intervenir avant les élections.

Lire la suiteLire la suite
Le licenciement du salarié pour exercice légitime de son droit de retrait est nul (Cour de cassation)

"Aucune sanction, aucune retenue de salaire ne peut être prise à l'encontre d'un travailleur ou d'un groupe de travailleurs qui se sont retirés d'une situation de travail dont ils avaient un motif légitime de penser qu'elle présentait une danger grave ou imminent pour chacun d'eux; […] l'employeur, tenu d'une obligation de sécurité de résultat en matière de protection et de sécurité au travail, doit en assurer l'effectivité; [il] s'ensuit qu'est nul le licenciement prononcé par l'employeur pour un motif lié à l'exercice légitime par le salarié du droit de retrait de son poste de travail dans une situation de danger", énonce la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 28 janvier 2009.

Lire la suiteLire la suite