Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

À Bourg-en-Bresse, Gérard Collomb dévoile un plan de développement du volontariat des sapeurs-pompiers

"Nous devons défendre notre modèle de sécurité civile", déclare Gérard Collomb, samedi 29 septembre 2018, à Bourg-en-Bresse. Le ministre de l'Intérieur s’exprimait en clôture du congrès annuel de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, durant lequel il a dévoilé un "plan d’action pour le développement du volontariat". Gérard Collomb s’engage en outre sur la mise en œuvre de plateformes communes aux services d’urgence et détaille la réforme du secours d’urgence aux personnes.

Gérard Collomb à Bourg-en-Bresse, samedi 29 septembre 2018

Voici les principales annonces du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, lors du congrès de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, à Bourg-en-Bresse, samedi 29 septembre 2018 :

Volontariat. "Le volontariat est le socle de notre modèle de sécurité civile, le pilier sans lequel tout s’effondre", souligne Gérard Collomb, qui présente un "plan d’action pour les sapeurs-pompiers volontaires". "La priorité est de sécuriser le cadre juridique des sapeurs-pompiers volontaires", explique le ministre de l'Intérieur. "Il nous faut continuer à susciter les vocations." Les mesures de ce plan d’action "s’inscrivent dans la droite lignée des 43 propositions formulées par la mission sur le volontariat", dont le rapport lui avait été remis en mai 2018 (lire sur AEF info).

Le plan d’action dévoilé par le ministère de l'Intérieur prévoit notamment de diversifier le recrutement des volontaires, notamment vers les femmes et les personnes issues des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Il vise également à "ouvrir des travaux de réflexion sur l’évolution du système actuel de nouvelle prestation de fidélisation et de reconnaissance avec pour objectifs de valoriser par des droits retraite l’engagement des sapeurs-pompiers volontaires". Cette réflexion se fait "dans le cadre du nouveau système de retraite sur lequel travaille le Haut-commissaire à la réforme des retraites", Jean-Paul Delevoye. Le plan d’action prévoit par ailleurs d'"améliorer la protection sociale des sapeurs-pompiers volontaires".

Directive sur le temps de travail. Selon Gérard Collomb, il est urgent de changer la directive du 4 novembre 2003 relative au temps de travail, afin de prendre en compte la spécificité du modèle français du volontariat des sapeurs-pompiers. "Nous devons être capables de défendre notre modèle de sécurité civile et de faire changer le texte", ajoute le ministre. "Il est nécessaire d’assurer le statut des sapeurs-pompiers volontaires."

La Cour de justice de l’Union européenne avait estimé, dans un arrêt du 21 février 2018, que cette directive devait s’appliquer aux sapeurs-pompiers volontaires belges. "Si une telle philosophie devait être appliquée en France, c’est notre modèle de sécurité civile qui serait remis en cause", déplore Gérard Collomb. "Et cela, le gouvernement ne peut l’accepter. La France doit faire valoir auprès de la Commission européenne la spécificité de son modèle et la nécessité qu’il soit préservé."

Plateformes d’appels d’urgence. "Nous allons mettre en œuvre un numéro d’appel unique, le 112, avec le ministère de la Santé", confirme Gérard Collomb. Le président de la République, Emmanuel Macron, s’était prononcé en faveur de la mise en place d’un numéro d’appel unique en octobre 2017 (lire sur AEF info). "Il existe des plateformes communes au 15 et au 18 dans certains départements qui fonctionnent très bien", relève le ministre de l'Intérieur, qui note des "défis technologiques".

Sécurité des sapeurs-pompiers en intervention. Selon Gérard Collomb, les plateformes départementales permettront une évaluation de la dangerosité des interventions des sapeurs-pompiers, afin de leur adjoindre des policiers et des gendarmes lorsque la situation l’exige. "Les sapeurs-pompiers sont trop souvent victimes d’agressions lors de leurs interventions", souligne le ministère de l'Intérieur, qui rappelle notamment le décès d’un militaire de la BSPP, en septembre 2018 (lire sur AEF info).

La sécurité des sapeurs-pompiers passe également "par l’équipement en caméras mobiles", poursuit Gérard Collomb. Et de rappeler que la loi du 3 août 2018 relative à "l’harmonisation de l’utilisation des caméras mobiles par les autorités de sécurité publique" prévoit l’expérimentation de ces appareils par les sapeurs-pompiers pour une durée de trois ans (lire sur AEF info).

La "Satisfaction globale" de la FNSPF

 

"Les annonces formulées par le ministre de l'Intérieur ont globalement répondu aux attentes des sapeurs-pompiers de France, qui demeureront cependant attentifs à leur déclinaison et jugeront sur actes durant ce quinquennat." C’est ce qu’indique la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France dans un communiqué, samedi 29 septembre 2018. L’organisation salue notamment les engagements de Gérard Collomb sur le volontariat des sapeurs-pompiers, le secours d’urgence aux personnes ou encore la mise en œuvre de plateformes départementales communes aux services d’urgence.

Secours aux personnes. Gérard Collomb se décrit comme le "ministre du secours d’urgence aux personnes". "Ces services doivent être menés dans des conditions nouvelles", estime-t-il. Il rappelle qu’en 1990, "le secours aux personnes représentait moins d’un tiers des activités des sapeurs-pompiers, soit 720 000 interventions. Aujourd’hui, il représente 84 % de votre activité, soit 3,8 millions d’interventions, et la tendance s’accélère" (lire sur AEF info). "La gestion du secours d’urgence aux personnes devient de plus en plus complexe."

Il égrène plusieurs pistes pour faire évoluer le secours d’urgence aux personnes : "Généralisation des coordinateurs ambulanciers au sein des Samu, mobilisation des agences régionales de santé pour réduire le temps d’attente des sapeurs-pompiers dans les services d’urgence, instauration d’organes de concertation obligatoires entre agences régionales de santé, Sdis et Samu au niveau départemental." Gérard Collomb prône en outre "l’information systématique des Sdis sur les réflexions en cours concernant l’évolution de la stratégie médicale et la cartographie hospitalière". Il indique également son souhait de voir "la réécriture du référentiel secours d’urgence aux personnes-Samu, avec l’objectif de mieux organiser les conditions d’intervention des sapeurs-pompiers dans le cadre des carences ambulancières". Ce dernier point sera lancé "dès réception du rapport de la mission conjointe IGA-Igas", assure-t-il.

Formation aux gestes qui sauvent. "La France accuse du retard" en matière de formation aux premiers secours, regrette le ministre de l'Intérieur. "Moins d’un tiers de la population est formé, contre plus de 80 % en Allemagne." Et de rappeler qu’Emmanuel Macron souhaite que 80 % de la population soit formée en 2022. "Les ministères et les collectivités locales organiseront la formation de tous leurs agents", poursuit Gérard Collomb. Une circulaire en ce sens doit être diffusée cette semaine, précise-t-il. Et de citer le service national universel, qui sera "un temps d’apprentissage des valeurs républicaines pour tous les jeunes Français".

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Raphaël Marchal, journaliste