Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

C. Godard (CEFDG) : "Je suis universitaire, et ce que j'ai vu des écoles de commerce depuis un an, c'est de la qualité"

"C’est une caricature qui ne mérite pas qu’on s’y attarde, mais qui finalement fait largement réagir car elle est violente et fait mal. Globalement, les propos tenus sont injustes pour toutes les écoles évaluées par la CEFDG", réagit Carole Drucker-Godard, présidente de ladite commission et professeur à l’université Paris-Nanterre, à la suite de la tribune virulente parue dans Le Monde sur les écoles de commerce le 22 septembre. "Ce que je n’aime pas dans cette tribune, en plus des arguments sévères, c’est cette comparaison implicite entre universités et écoles. Je suis universitaire, […] et ce que j’ai vu des écoles de commerce depuis un an, c’est de la qualité. […] Nous avons la chance, dans l’enseignement supérieur en sciences de gestion, d’avoir deux modèles de grande qualité, complémentaires. On ferait mieux de les aider à collaborer au lieu de chercher à les opposer."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Une virulente tribune sur les écoles de commerce dans "Le Monde" suscite des réactions en série chez leurs dirigeants

"En école de commerce, des 'élites' médiocres et corruptrices." Une tribune publiée le 21 septembre 2018 dans la version papier du Monde (et sur le web sous le titre "Monsieur, je paie votre salaire de prof, donc je fais ce que je veux…") suscite des réactions indignées de la communauté des écoles. L’auteur, Michael Lainé, chargé de cours en économie à Sciences Po Lille, membre des "Économistes atterrés", "s’interroge sur une relation commerciale où l’achat du diplôme l’emporte sur l’objectif de formation". La CGE devrait réagir sous peu dans Le Monde, qui explique ses choix à AEF info.

Lire la suiteLire la suite