Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Horizon 2020 : le Royaume-Uni et l’Espagne en tirent un bénéfice net, mais pas la France ni l’Allemagne

Les équipes françaises ont perçu 10,71 % des financements liés au programme-cadre Horizon 2020 depuis 2014. En proportion, la part de la France reste inférieure à sa contribution nationale au budget européen (16,52 % pour la période 2014-2016). L'Allemagne est dans la même configuration, alors que le Royaume-Uni et l'Espagne sont dans la situation inverse : ces deux pays sont bénéficiaires nets. Si l'on se penche sur les piliers qui composent Horizon 2020, la France s’en sort mieux dans les chapitres "Excellence scientifique" et en "Primauté industrielle" qu'en matière de "Défis de société".

3,513 milliards d'euros. C'est la somme allouée à des institutions françaises qui participent ou coordonnent des projets financés par le programme-cadre européen Horizon 2020 depuis 2014. Ce montant représente 10,71 % de l'enveloppe totale déjà attribuée dans ce cadre depuis 2014 (32,972 Md€). Il fait de la France le 3e pays en termes de subventions allouées, derrière l'Allemagne (5,268 Md€, soit 16,05 %) et le Royaume-Uni (4,769 Md€, soit 14,53 %) et devant l'Espagne (2,94 Md€, soit 8,96 %) et l’Italie (2,67 Md€, soit 8,14 %).


CE QUE NOUS AVONS Comptabilisé

Pour calculer ces sommes, nous avons utilisé la base de données Cordis de la Commission européenne. Nous avons utilisé celle consacrée aux organisations financées. Pour chacune d’entre elles, le pays d’attache est mentionné, permettant de ventiler les subventions par pays. Nous avons exclu les organisations participant ou coordonnant des projets estampillés "terminated", qui ont été interrompus en cours de route.

De légers décalages peuvent être observés avec le site Horizon 2020 du gouvernement français. Plusieurs explications sont possibles, l’une n’excluant pas les autres :

  • une date d’export des données différentes. Nos données ont été exportées début septembre 2018 ;
  • une variation de statut des projets, notamment pour les projets interrompus ;
  • un retraitement des données du côté du ministère, qui a exclu certaines organisations pour ne pas fausser les statistiques. Il s’agit d’organisations qui redistribuent les sommes allouées à d’autres qui ne sont pas forcément situées dans le même pays (Max Planck en Allemagne, ESA en France, Cern en Suisse). Les ordres de grandeur n’étant pas bouleversés pour autant, nous avons choisi de conserver toutes les organisations dans notre étude, tout en gardant ce biais à l’esprit.

Les subventions sont-elles proportionnelles à la contribution nationale au budget européen ?

Afin de mettre en perspective ce classement des pays en termes de subventions allouées dans le cadre du programme Horizon 2020, nous avons comparé les subventions déclenchées sur les trois premières années du projet (2014-2016) avec la contribution nationale de chaque pays au budget européen sur cette même période, d’après les données de la Commission européenne. Une nuance toutefois : tous les pays dont des organisations bénéficient de subventions ne sont pas membres de l’Union européenne et nous ne disposons pas de données budgétaires précises pour chiffrer leur contribution. Nous avons considéré les États associés comme un bloc qui contribue à 3 % au budget européen, selon l’estimation obtenue auprès d’experts, afin de nous approcher au mieux de la réalité.

La hiérarchie des premiers pays n’est naturellement pas modifiée, mais la part de la France monte alors à 10,47 % (1,905 Md€) des subventions. Elle est inférieure à la contribution nationale de la France au budget européen sur la même période (2014-2016) : 16,52 % (59,126 Md€). À l’inverse, le Royaume-Uni a une part dans Horizon 2020 (15,38 %) nettement supérieure à sa participation budgétaire (12,02 %) : le pays est bénéficiaire net. C'est aussi le cas pour l'Espagne et les Pays-Bas notamment.


Pilier par pilier, comment s’en sort la France ?

Si l’on se penche sur la performance de la France, pilier par pilier du programme Horizon 2020, on note qu’elle s’en sort mieux en "Excellence scientifique" et en "Primauté industrielle" qu’en "Défis de société". 11,29 % des subventions du pilier "Excellence scientifique" vont à des organisations françaises (1,414 Md€), 11,21 % des subventions du pilier "Primauté industrielle" vont à des organisations françaises (721 M€) mais seulement 10,28 % des subventions du pilier "Défis de société" vont à des organisations françaises (1,306 Md€) dans le cadre du programme Horizon 2020 depuis 2014. Les autres chapitres représentent des sommes nettement moindres.


Pour établir nos calculs sur ces piliers du programme Horizon 2020, nous avons considéré la même base de données qui mentionne le chapitre au titre duquel une organisation touche une subvention pour un projet. Quand, parfois, plusieurs chapitres étaient mentionnés, nous n’avons conservé que le premier.

Retrouvez ci-dessous l’ensemble des données réparties par piliers. En cliquant sur un de ces piliers représentés par les bulles, vous verrez le classement des pays en fonction des subventions touchées dans ce pilier. On note ainsi que, pour le pilier "Excellence scientifique", le Royaume-Uni dépasse l’Allemagne, avec 19,68 % du montant concerné pour des organisations britanniques contre 15,26 % pour des organisations allemandes. En matière de "Défis de société", la France passe en 4e position, doublée par l’Espagne, qui obtient 10,43 % des subventions de ce pilier, contre 10,28 % pour des organisations françaises.


 

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Simon, journaliste