Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Les effectifs étudiants de l’enseignement supérieur privé ont augmenté de 40,2 % de 2008 à 2017

Un étudiant sur cinq inscrit dans le supérieur à la rentrée 2017-2018 fréquentait un établissement du secteur privé. Le ratio est passé de 13 % en 1990 à 19,4 % en 2017. Les écoles de commerce, quasi-exclusivement privées, accueillent un tiers des effectifs de ce secteur, devant les formations STS et les formations d’ingénieurs. Cette croissance est "nettement supérieure à celle des inscriptions dans le public". Par ailleurs, la situation varie d’une académie à l’autre : le privé reste marginal en Corse ou dans les DOM alors qu’il pèse lourd à Nantes, Paris, Lille ou Lyon.

"L'enseignement privé rassemblait 520 200 étudiants en 2017-2018, soit 19,4 % des effectifs du supérieur", d'après une Note Flash du SIES publiée en août 2018. Autrement dit, un étudiant sur cinq environ fréquentait un établissement privé. Ce ratio était de 13 % en 1990.


"À dispositif équivalent, la hausse de cette année est nettement supérieure à celle des inscriptions dans l'enseignement public : +2,9 % contre +0,9 % hors accroissement des doubles inscriptions" à l'université et en CPGE, précise la Note Flash.

Sur le plus long terme, depuis 2008, les effectifs du privé ont augmenté de 40,2 %, contre 15,9 % pour ceux du public et 20 % pour l'ensemble du supérieur. L'année prochaine, la tendance sera-t-elle accentuée ou pas par la première année de mise en place de Parcoursup?


Des écarts entre les types d'établissements

Dans quels types d'établissements sont inscrits les étudiants qui fréquentent le privé ? 33 % d'entre eux (174 000) sont inscrits dans des écoles de commerce, gestion ou comptabilité, 16 % sont des étudiants en STS (84 000) et 10 % suivent une formation d'ingénieurs (50 000). Les 14 000 inscrits en CPGE du secteur privé représentent 3 % des effectifs de ce secteur.

Par ailleurs, si l'on regarde le poids du privé dans ces types d'établissements, on voit que 99 % des inscrits en écoles de commerce relèvent du secteur privé. Cela semble logique dans la mesure où "la quasi-totalité des écoles de commerce, gestion ou comptabilité sont dans le secteur privé", rappelle la Note Flash. Le secteur privé représente également 39 % des inscrits en formations d'ingénieurs hors université, 33 % des étudiants en STS et 16 % des inscrits en CPGE, qui sont donc majoritairement inscrits dans des classes prépas du secteur public.

 

La situation varie d'une académie à l'autre

19,4 % des effectifs du supérieur relèvent du secteur privé, mais la situation est contrastée selon les académies. Cette proportion n'est que de 2,5 % en Corse, 2,6 % à Mayotte, 3,4 % en Guyane, 6 % à Besançon, ou 6,9 % en Guadeloupe comme à Strasbourg. À l'inverse, elle atteint 29,1 % à Nantes, 28,8 % à Paris, 24,6 % à Lille, 23,8 % à Versailles et 23,6 % à Lyon.


Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Simon, journaliste