Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Les règles de cybersécurité des "opérateurs de services essentiels" bientôt précisées (Guillaume Poupard, Anssi)

"Nous arrivons au terme de la première étape de la directive NIS, qui est celle de la transposition", affirme Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi, mardi 4 septembre 2018. Il s’exprimait lors de la quatrième édition de l’université d’été d’Hexatrust, une association qui fédère une trentaine de start-ups spécialisées dans la cybersécurité. Il affirme que l’arrêté fixant les règles de sécurité qui s’appliqueront aux "opérateurs de services essentiels" – une catégorie créée par la directive – devrait être publié "ce mois-ci".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
"Sans une identité numérique nationale, demain, nous devrons nous reposer sur celle des Gafa" (Guillaume Poupard, Anssi)

"Si on ne met pas en place rapidement une identité numérique au niveau national, demain, nous devrons nous reposer sur celle des Gafa. C’est une question de souveraineté nationale", affirme le directeur général de l’Anssi, Guillaume Poupard, mardi 22 mai 2018 à Paris. Il s’exprimait à l’occasion des "Rendez-vous parlementaires de l’identité numérique", qui réunissait des députés, des professionnels de la cybersécurité et de l’identité numérique, ainsi que des représentants de la Cnil et de la gendarmerie, afin d’avancer sur la création d’un service permettant de justifier de son identité sur internet. En France, ce dispositif gouvernemental devrait voir le jour en septembre 2019.

Lire la suiteLire la suite
LPM : les fournisseurs d’accès associatifs s’opposent à l’implication des opérateurs dans la détection de cyberattaques

Le projet de loi de programmation militaire, "sous couvert de répondre à des besoins de sécurité, autorise une analyse approfondie des flux et permet à l’Anssi de s’implanter, si elle le souhaite, au cœur de l’infrastructure des opérateurs." C’est ce que dénonce la Fédération des fournisseurs d’accès à internet associatifs, vendredi 20 avril 2018. Si elle se dit "en faveur d’une meilleure sécurité des équipements connectés à l’internet", la FFDN pointe "de nombreux problèmes" induits par l’article 19 du texte. Ce dernier autorise l’Anssi à installer des sondes chez les fournisseurs d’accès et hébergeurs afin de déceler des cyberattaques. Selon l’organisation, cet article menace les libertés fondamentales. La fédération considère également que "l’automatisation d’un traitement différencié" des flux constitue "une atteinte à la neutralité du net".

Lire la suiteLire la suite
Détection des cyberattaques : le projet de LPM est "une nouvelle loi de surveillance" (La Quadrature du Net)

La Quadrature du Net dénonce, dans un communiqué publié mercredi 18 avril 2018, les dispositions de la loi de programmation militaire permettant aux opérateurs de télécommunications d'analyser leurs réseaux à la recherche de cyberattaques. Pour l’association de défense des libertés sur internet, il s’agit d’un dispositif "flou, déséquilibré et attentatoire aux libertés". La Quadrature considère notamment que ces "systèmes de détection recourant à des marqueurs" – qui pourront également être imposés aux opérateurs par l’Anssi – "ouvrent une brèche immense qui fait planer le spectre d’une surveillance massive". "S’il est sans doute illusoire d’espérer un rejet en bloc du dispositif, il est encore temps de corriger les sérieux problèmes contenus dans ce texte", qui doit être examiné au Sénat en première lecture à partir du 22 mai.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
"Nous avons absolument besoin d'une cybersécurité à l'échelle européenne" (Guillaume Poupard, Anssi)
Lire la suite
Cybersécurité : comment le projet de loi de programmation militaire compte mettre les opérateurs télécoms à contribution

Le projet de loi de programmation militaire, qui doit être examiné par les députés en séance publique à compter du mardi 20 mars 2018, prévoit d’impliquer les opérateurs de télécommunications dans la détection des cyberattaques. L’Anssi pourra notamment imposer aux opérateurs – en particulier les fournisseurs d’accès et hébergeurs — d’installer des "dispositifs techniques" afin de déceler ces attaques. Surnommés "sondes", ces outils pourront également être installés par les opérateurs eux-mêmes. "Aujourd’hui, les opérateurs français ne font pas de détection d’attaques", justifie Guillaume Poupard, directeur général de l’Anssi. De son côté, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), qui sera chargée du contrôle de ces dispositions, fait part de ses inquiétudes, notamment concernant le principe de neutralité d’internet.

Lire la suiteLire la suite
Cybersécurité, contrôle des armes : la loi transposant les règles européennes publiée au Journal officiel

La loi du 26 février 2018 portant diverses dispositions d'adaptation au droit de l'Union européenne dans le domaine de la sécurité est publiée au Journal officiel, mardi 27 février 2018. Le texte transpose notamment la directive du 6 juillet 2016, dite "NIS", relative à la sécurité des réseaux et des systèmes d'information, ainsi que celle du 17 mai 2017 modifiant les règles de contrôle de l'acquisition et de la détention d'armes. "Cette nouvelle loi donne à la France les moyens de mieux protéger ses entreprises et services publics essentiels face aux attaques informatiques", salue Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du Numérique, dans un communiqué publié mardi 27 février 2018. Le texte avait été définitivement adoptée par l'Assemblée nationale, jeudi 15 février 2018.

Lire la suiteLire la suite