Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Loi ORE : F. Vidal confie la présidence du comité de suivi à Achille Braquelaire et condamne les "rumeurs fantaisistes"

Achille Braquelaire, ancien VP de la commission formation et vie universitaire de l’université de Bordeaux et ancien coordonnateur du bureau du réseau des VP CFVU, est nommé président du comité de suivi de la loi ORE, annonce Frédérique Vidal, ministre de l’ESRI, jeudi 21 juin 2018 lors de l’installation de ce comité de 18 personnes. À cette occasion, la ministre - longuement applaudie - dresse un premier bilan de la loi ORE, condamne les "rumeurs fantaisistes" et appelle les acteurs du secondaire et du supérieur à une "articulation forte".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Les principales dispositions du projet d'arrêté licence

Transmis le 19 juin 2018 aux membres du Comité de suivi LMD, le projet d’arrêté licence formalise en 24 articles la plupart des annonces de Frédérique Vidal sur le contrat de réussite pédagogique étendu à tous, le rythme de la licence, les 1 500 heures assouplies, et la possibilité d’introduire une "évaluation continue". L'autonomie des établissements est confortée. Le projet d’arrêté relatif au cadre national des formations est, lui, globalement réécrit. Voici les principales dispositions de ces textes qui, après le volet "admission", engagent le volet "réussite" de la réforme.

Lire la suiteLire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
Loi ORE : É. Philippe attend un état des lieux des besoins "fin juin" pour augmenter les moyens, notamment en BTS et IUT
Lire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
La loi "Orientation et réussite des étudiants" est promulguée. Quelles sont les principales dispositions ?
Lire la suite

Cursus et Insertion

Aperçu de la dépêche Aperçu
Capacités d’accueil : "l’université de Bordeaux n’a pas le choix" (A. Braquelaire, VP-CFVU)
Lire la suite
Contrôle continu: il faut "garantir des alternatives" pour les étudiants à profils spécifiques (université de Bordeaux)

L'université de Bordeaux va-t-elle rétablir la session de rattrapage en licence, comme doit le faire l'université de Strasbourg à la rentrée 2014 pour se conformer à l'injonction du tribunal administratif ? La question n'est pas tranchée. Au sein de l'établissement bordelais, qui regroupe désormais Bordeaux-I, Bordeaux-Segalen et Bordeaux-IV, seul le collège de sciences et technologies (périmètre de l'ex-Bordeaux-I) applique le contrôle continu intégral, et à la satisfaction des étudiants, assure à AEF Achille Braquelaire, ex VP Cevu de Bordeaux-I et nouveau VP en charge de la formation au sein de l'université fusionnée. Plus qu'une session de rattrapage identique pour tous, l'enjeu, c'est d'offrir aux étudiants ayant des profils particuliers (salariés, handicapés, sportifs, artistes...) des "alternatives en matière d'évaluation" et Bordeaux le fait déjà, dit-il.

Lire la suiteLire la suite
Licence : « Ce qu'il faut mesurer, c'est la capacité à faire réussir un étudiant en échec » (A. Braquelaire, Bordeaux-I)

« Les assises de l'ESR ont mis en avant l'intérêt de construire un continuum bac-3/bac+3 et là, on revient à un indicateur de réussite en trois ans, parfaitement à contre courant des réflexions en cours ». C'est la capacité à faire réussir un étudiant en situation d'échec qu'il faut mesurer, qu'importe qu'il se réoriente ou obtienne sa licence en quatre ans », répond à AEF Achille Braquelaire, vice-président du Cevu de Bordeaux-I le 15 mai 2013. Il réagit au classement sur la « valeur ajoutée » des universités en matière de réussite en licence en 2010, où son établissement obtient un score négatif (-13,4). Il le juge « contre-productif » et démobilisant pour ses équipes. « Nous travaillons à une orientation progressive, notamment avec notre semestre rebondir ; c'est ce qui contribue à faire baisser notre soit disant performance en matière de réussite » assure-t-il. Pour lui, une bonne évaluation passe par un suivi de cohortes mais les outils font toujours défaut.

Lire la suiteLire la suite