Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Espé : quel est le bagage scientifique des futurs enseignants ?

Les études internationales pointent régulièrement le faible niveau en mathématiques des élèves français : faut-il y voir, en creux, des lacunes scientifiques chez leurs enseignants ? Dans cette optique, nous avons étudié les données sur le parcours des futurs enseignants avant leur arrivée en Espé pour voir quelle est la place des matières scientifiques. Surtout pour ceux qui se destinent au professorat des écoles, nécessairement polyvalents. Résultat, les étudiants en Meef 1er degré ont moins souvent un bac S et suivent moins souvent une L3 scientifique que les étudiants en Meef 2nd degré.

Une "grande partie des professeurs des écoles n’a pas une formation initiale scientifique", affirmait Jean-Michel Blanquer, en décembre 2016 alors qu’il était à l’époque directeur de l’Essec (lire sur AEF info). Les études internationales ( Pirls, Pisa ou Talis) pointent régulièrement le faible niveau en mathématiques des élèves français : faut-il y voir, en creux, les lacunes scientifiques de leurs enseignants, notamment en mathématiques ? La majorité de ces études ne permet pas de mesurer l’effet de la réforme de la formation initiale des enseignants sur les compétences en sciences des élèves car elles ont été réalisées sur des cohortes antérieures à la mise en place des Espé.

Alors, les chiffres sur le profil des étudiants inscrits en Espé permettent-ils de détecter d’éventuelles lacunes scientifiques ? Combien de temps les futurs enseignants ont-ils étudié des matières scientifiques ? Et depuis combien de temps n’ont-ils pas étudié les mathématiques ? Alors qu’ils sont amenés à transmettre les fondamentaux en sciences comme en français, les étudiants inscrits en Espé sont le plus souvent issus des filières SHS. Nous nous sommes penchés sur la part d’entre eux qui a passé un baccalauréat scientifique. Puis dans un second temps, nous avons étudié ceux qui étaient en L3 avant de s’inscrire en M1 de Meef, soit 52 % des inscrits : parmi eux, quelle proportion suivait un cursus scientifique (lire sur AEF info) ?

De quelle série de baccalauréat sont issus les étudiants inscrits en Espé?

La série S du baccalauréat est la série la plus représentée parmi l’ensemble des étudiants inscrits dans les Espé à la rentrée 2016, d’après les données du MESRI. Un inscrit sur trois environ a passé un bac S. Ils étaient 21 843 anciens bacheliers S à être inscrits dans les Espé, dont 19 400 en sciences humaines et sociales, premier champ disciplinaire choisi par les étudiants en Espé. Viennent ensuite la série L (17 500 inscrits, dont 16 067 en SHS), et la série ES (16 821, dont 15 848 en SHS). Les bacheliers ES ont d’ailleurs continué à étudier les mathématiques au lycée : si on les ajoute aux bacheliers S, cet ensemble représente la moitié des étudiants inscrits en Espé (38 664 sur 66 547). Ceux qui sont inscrits dans une discipline scientifique lors de leur inscription en Espé restent cependant très minoritaires : ils ne sont qu’environ 1 500 inscrits en "sciences de la vie, de la terre et de l’univers", "sciences fondamentales et applications" et "pluridisciplinaires sciences"…"

Mode d’emploi. La visualisation ci-dessous représente les étudiants inscrits dans les Espé à la rentrée 2016, d’après les données du MESRI. Ils sont répartis, à gauche selon la série du baccalauréat qu’ils ont suivie, et à droite selon le champ disciplinaire choisi en master dans les Espé. La visualisation, ou "diagramme de Sankey", permet de voir les flux d’une catégorie à gauche vers une catégorie à droite. Ainsi, 21 843 étudiants inscrits en Espé ont passé un bac S (à gauche) et on voit que la majorité se porte vers le champ disciplinaire SHS. Par ailleurs, 1 037 étudiants inscrits en Espé étudient les sciences fondamentales et applications (à droite), dont 855 ont passé un bac S. Survolez la visualisation pour obtenir des informations complémentaires.

De quelle série de baccalauréat sont issus les étudiants inscrits en Espé ? Série S → Sciences humaines et sociales : 19,400Série L → Sciences humaines et sociales : 16,067Série ES → Sciences humaines et sociales : 15,848Séries STMG (ex STG et STT) → Sciences humaines et sociales : 3,446Autres séries technologiques → Sciences humaines et sociales : 2,771Dispensés → Sciences humaines et sociales : 2,625Baccalauréat professionnel → Sciences humaines et sociales : 987Série S → Sciences fondamentales et applications : 855Série S → STAPS : 747Série L → Langues : 704Série L → Lettres, sciences du langage, arts : 635Série S → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 397Série ES → Langues : 316Série ES → STAPS : 296Dispensés → Langues : 197Série ES → Sciences économiques, gestion : 184Série S → Langues : 183Série S → Lettres, sciences du langage, arts : 167Série ES → Lettres, sciences du langage, arts : 132Séries STMG (ex STG et STT) → Sciences économiques, gestion : 83Dispensés → Sciences fondamentales et applications : 67Autres séries technologiques → Sciences fondamentales et applications : 57Série S → Pluridisciplinaire sciences : 52Dispensés → Lettres, sciences du langage, arts : 50Autres séries technologiques → STAPS : 47Séries STMG (ex STG et STT) → STAPS : 43Autres séries technologiques → Lettres, sciences du langage, arts : 43Séries STMG (ex STG et STT) → Langues : 40Série S → Sciences économiques, gestion : 34Série L → STAPS : 33Baccalauréat professionnel → Lettres, sciences du langage, arts : 29Série L → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 29Séries STMG (ex STG et STT) → Lettres, sciences du langage, arts : 28Autres séries technologiques → Pluridisciplinaire sciences : 26Série ES → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 22Baccalauréat professionnel → Sciences économiques, gestion : 20Baccalauréat professionnel → Sciences fondamentales et applications : 20Série ES → Sciences fondamentales et applications : 19Dispensés → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 16Série L → Sciences fondamentales et applications : 15Baccalauréat professionnel → STAPS : 15Autres séries technologiques → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 14Série L → Sciences économiques, gestion : 14Autres séries technologiques → Langues : 14Dispensés → Sciences économiques, gestion : 13Baccalauréat professionnel → Langues : 11Dispensés → Pluridisciplinaire sciences : 9Série S → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 8Dispensés → STAPS : 7Séries STMG (ex STG et STT) → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 5Autres séries technologiques → Sciences économiques, gestion : 4Séries STMG (ex STG et STT) → Sciences fondamentales et applications : 4Autres séries technologiques → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 2Série ES → Pluridisciplinaire sciences : 2Série ES → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 2Série L → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 2Séries STMG (ex STG et STT) → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 2Baccalauréat professionnel → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 1Baccalauréat professionnel → Pluridisciplinaire sciences : 1Baccalauréat professionnel → Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 1Dispensés → Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 1Série L → Pluridisciplinaire sciences : 1Séries STMG (ex STG et STT) → Pluridisciplinaire sciences : 1Série S : 21,843Série S : 21,843Sciences humaines et sociales : 61,144Sciences humaines et sociales : 61,144Série L : 17,500Série L : 17,500Série ES : 16,821Série ES : 16,821Séries STMG (ex STG et STT) : 3,652Séries STMG (ex STG et STT) : 3,652Autres séries technologiques : 2,978Autres séries technologiques : 2,978Dispensés : 2,985Dispensés : 2,985Baccalauréat professionnel : 1,085Baccalauréat professionnel : 1,085Sciences fondamentales et applications : 1,037Sciences fondamentales et applications : 1,037STAPS : 1,188STAPS : 1,188Langues : 1,465Langues : 1,465Lettres, sciences du langage, arts : 1,084Lettres, sciences du langage, arts : 1,084Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 434Sciences de la vie, de la terre et de l’univers : 434Sciences économiques, gestion : 352Sciences économiques, gestion : 352Pluridisciplinaire sciences : 92Pluridisciplinaire sciences : 92Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 68Pluridisciplinaire lettres, langues, sciences humaines : 68

(Source : MESRI)

Y a-t-il une différence entre les inscrits en Meef 1er degré et en Meef 2nd degré ?

Les inscrits en Meef 2nd degré n’auront pas nécessairement besoin de compétences scientifiques s’ils ne se destinent pas à devenir enseignants de mathématiques, physique-chimie, SVT ou de spécialités technologiques. Les inscrits en Meef 1er degré, eux, se destinent à devenir professeurs des écoles et doivent donc cultiver la polyvalence. Or ces derniers sont nettement moins nombreux à avoir suivi la filière scientifique au lycée. Avec 30 % d’anciens bacheliers S en Meef 1er degré, la proportion est bien moindre qu’en Meef 2nd degré où 40 % ont passé un bac S, d’après les données d’une Note Flash publiée en mai par le ministère. Ces données concernent la rentrée 2017.


Entre le bac et le Meef, quelle licence les étudiants ont-ils choisie ?

Même avec un bac S en poche, les étudiants des Espé peuvent avoir opté pour un premier cycle d’études plutôt littéraire et délaissé les matières scientifiques pendant au moins 3 ans. Combien parmi eux ont suivi une licence scientifique ? À vrai dire, seuls 52 % des inscrits en M1 début 2018 étaient inscrits en L3 début 2017, d'après la même Note Flash. Et parmi cette moitié de promotion, 18 % étaient inscrits en L3 scientifique. Là encore, le profil scientifique est légèrement moins présent en Meef 1er degré (14 %) qu’en Meef 2nd degré (22 %).


"Des racines, il y en a"

"Lors de nos portes ouvertes, on dit toujours aux jeunes qu’il faut préparer le français et les mathématiques. C’est ce qu’ils feront en M1, il ne faut donc négliger ni l’un ni l’autre", explique Olivier Combacau, directeur de l’Espé Centre-Val de Loire à AEF info. Ils ont d’ailleurs la possibilité de panacher leur parcours grâce à des modules spécifiques en licence (lire sur AEF info). "Parmi nos futurs professeurs des écoles, beaucoup sont en licence LSH et suivent le module 'redécouvrir les maths'. De même, ceux qui suivent une filière scientifique peuvent travailler sur la polyvalence avec des modules littéraires ou portés sur l’histoire et la géographie. En moyenne, en licence, ils suivent 134 heures de modules spécifiques, en plus des 117 heures moyennes de stage", d’après les résultats d’un sondage du Réseau des Espé effectué sur l’ensemble des écoles début 2018.

Quant aux "autres parcours", c’est-à-dire les inscrits en master Meef n’ayant pas suivi de L3 juste avant leur entrée en Espé, "ils arrivent chez nous en M2, pour une année en alternance avec 250 h de formation. On ne va pas résoudre tout sur une année. Les fondamentaux ne doivent d’ailleurs pas manquer tant que cela, si ces étudiants ont les concours. Ou alors cela signifie que le concours est mal fait", commente Olivier Combacau. "Il faut aussi miser sur la formation continue, si jamais des lacunes sont observées. Que ce soit lors du suivi effectué juste après l’année de stagiaire, ou même tout au long de la vie."

"Le socle des fondamentaux est bien là. Des racines, il y en a", ajoute-t-il. "Est-ce qu’on parle du niveau général ou du niveau des Espé ? Les lacunes scientifiques des enseignants sont-elles avérées ou relèvent-elles de l’habituel 'c’était mieux avant' ? Je ne dis pas que ça n’existe pas, mais encore faudrait-il les mesurer à partir d’éléments objectifs. Le réseau des Espé y travaille, pour recueillir des données plus fines en lien avec la Dgesip."

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Marie Simon, journaliste