Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Devoir de vigilance : "Nous nous interrogeons beaucoup sur le contenu des plans" (Sophie Perrier, Michelin)

"Pour cette première année, notre plan de vigilance est assez sommaire car les délais étaient courts. Néanmoins, nous avons pris l’exercice de façon positive et non comme une contrainte. Notre prochaine version que nous présenterons d’ici la fin de l’année sera différente. Nous ne publierons pas toutes nos informations dans nos plans, mais nous sommes prêts à les partager dans le cadre d’échanges comme celui-ci", avance Sarah Tesei, directrice de l’innovation sociale et des droits humains à Vinci. Elle intervenait lors d’un atelier organisé par l’association d’entreprises BSR sur le devoir de vigilance et le rôle stratégique de l’évaluation d’impact sur les droits humains, jeudi 24 mai 2018. Vinci, Schneider Electric et Michelin ont fait part de leur expérience sur la première année d’application de la loi sur le devoir de vigilance adoptée en mars 2017.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement