Dépêche n°585813

6 min de lecture

Par Catherine Buyck

Publiée le 22/05/2018 à 11h43

F. Vidal est favorable au DUT en 180 crédits ECTS à condition qu’il soit aussi porté par les présidents d’université

DUT en 180 crédits ECTS du réseau des IUT si celui-ci est "totalement porté par les présidents d’université", déclare-t-elle en clôture de l’assemblée générale de l’Adiut, le 18 mai 2018 à Corte (Corse). La ministre de l’ESRI appelle aussi les IUT à accueillir des publics plus diversifiés et à former davantage de cadres de niveau intermédiaire. Une deuxième étape dans la création de places touchera "probablement surtout les IUT et les BTS". La demande à l’entrée en IUT augmente de +25 % cette année, indique-t-elle.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Une "note de cadrage" précise les objectifs du projet de "DUT en 180 crédits ECTS" (Adiut)

Une "note de cadrage", que l’Adiut a envoyée aux directeurs d’IUT le 13 avril 2018, décline le "DUT en 180 crédits ECTS" en trois objectifs - chiffrés - et trois éléments d’organisation. Ce projet, voté par l’Adiut et l’Unpiut en décembre 2017, vise un DUT en 180 crédits ECTS avec grade de licence, à vocation prioritaire d’insertion professionnelle directe, sans interdire la poursuite d’études, en intégrant des passerelles et avec un volume horaire de 2 100 heures (lire sur AEF). Le MESRI ne s’est pas encore publiquement prononcé sur ce projet.

Lire la suite

Lire la suite

19 000 créations de places à l'université et en BTS sont financées sur les 22 000 annoncées pour la rentrée 2018

19 000 places supplémentaires dans l'enseignement supérieur ont été "identifiées et financées" sur les 22 000 créations prévues pour la rentrée 2018 (lire sur AEF info), indique Frédérique Vidal sur le site du MESRI, vendredi 2 mars 2018. Il s'agit de "plus de 17 000 places en licence dans les filières en tension et 2 000 en BTS". Ces nouvelles places doivent permettre de faire face à l'arrivée de 28 000 nouveaux bacheliers à la rentrée prochaine et de répondre à la demande dans les filières en tension (Staps, droit, psychologie, et certains BTS...). La ministre précise qu'il sera possible d'aller au-delà des 22 000 places, si la situation l'exige.

Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Lire la suite

Lire la suite