Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°585748

Solvay recense les cas d’épuisement professionnel dans le cadre d’un "observatoire du surmenage"

Depuis 2016, le groupe de chimie Solvay a entrepris de recenser de manière anonyme les salariés victimes d’épuisement professionnel. Cette initiative, qui prend place dans le cadre d’un "observatoire du surmenage" piloté par les médecins du travail, va être étendue au niveau mondial à partir de cette année après avoir démarré sur le périmètre français et belge. "On ne peut pas en rester à une vision très empirique du sujet. L’avantage de compter, c’est que cela a permis une prise de conscience collective", souligne auprès d’AEF Jean-Christophe Sciberras, DRH France et directeur des relations sociales groupe. L’entreprise a ainsi constaté qu’en 2016, il y avait "deux fois plus de cas d’épuisement professionnel que d’accidents du travail physique, avec une durée d’arrêt trois fois plus longue".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La proposition de loi France insoumise sur le burn-out rejetée en séance par les députés

La proposition de loi France insoumise visant à faire reconnaître comme maladies professionnelles les pathologies psychiques résultant de l’épuisement professionnel, déjà rejetée par la commission des Affaires sociales, a fait l’objet d’un nouveau rejet en séance publique, jeudi 1er février 2018. "Le caractère indéfinissable et multifactoriel du syndrome du burn-out […] fait obstacle à son inscription au tableau des maladies professionnelles", a notamment justifié Guillaume Chiche (LREM, Deux-Sèvres), auteur de la motion de rejet préalable. S’il admet "l’importance de ce syndrome", il reproche également au texte de ne pas prendre en considération la procédure de reconnaissance par les comités régionaux des maladies professionnelles, les objectifs du plan santé au travail et les travaux de la mission sur la santé au travail, menée par Charlotte Lecocq, Henri Forest et Bruno Dupuis.

Lire la suiteLire la suite