Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

FIPD : une circulaire détaille les orientations budgétaires pour 2018, qui sera "une année de transition"

Une circulaire du 3 mai 2018 précise les orientations budgétaires du FIPD (fonds interministériel de prévention de la délinquance) pour 2018. La dotation du FIPD est fixée à 72,9 millions d'euros pour l’année 2018, contre 103 millions d’euros en autorisations d’engagement et 93 millions d’euros en crédits de paiement en 2017. 2018 "sera, pour l’emploi du FIPD, une année de transition", indique la secrétaire générale du CIPDR, Muriel Domenach. L'attribution des subventions fera, à l'avenir, l'objet d'une "plus grande déconcentration du pouvoir de décision et d’arbitrage" au profit des préfets de région, "conformément aux lignes directrices de la feuille de route du ministère de l’Intérieur" (lire sur AEF info). La circulaire détaille également la mise en œuvre du nouveau plan de lutte contre la radicalisation présenté en février 2018 par le Premier ministre, Édouard Philippe.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Nathalie Loiseau : "L’urgence est de mettre pleinement en œuvre les mesures européennes en matière de sécurité"
Lire la suite
Manuel Valls : "Davantage de moyens doivent être accordés à la DGSI" (audition au Sénat)

"Les services de renseignement sont aujourd’hui confrontés à des milliers de noms et ils n’arrivent pas à faire la différence entre le haut et le bas du spectre", affirme Manuel Valls lors de son audition par les sénateurs de la commission d’enquête sur les moyens de l’État face à la menace terroriste, jeudi 12 avril 2018. L’ancien Premier ministre estime que cette menace pose "le problème de la réorganisation de nos services de renseignement afin de mieux capter les signaux faibles dans les quartiers". Il préconise de "continuer à créer un grand service puissant de la sécurité intérieure", en renforçant notamment le renseignement territorial.

Lire la suiteLire la suite
Prise en charge des mineurs radicalisés : "Il faut que le travail soit pluridisciplinaire" (Serge Hefez, psychiatre)

Les mineurs se radicalisent souvent "dans un processus de revanche, de rédemption ou de rachat", explique le psychiatre Serge Hefez, mercredi 18 avril 2018. Ce médecin, suit des jeunes signalés pour radicalisation, était auditionné par les sénateurs de la commission d’enquête sur les moyens de l’État face à la menace terroriste. "Je n’ai pas le sentiment qu’il aurait été opportun de créer un système spécifiquement dédié à cette prise en charge", analyse-t-il après trois ans de suivi au sein d’une unité de thérapie familiale à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière, à Paris. "Nous avons adapté notre savoir-faire au cas par cas", en optant pour un travail "pluridisciplinaire", explique Serge Hefez, pour lequel le pédopsychiatre ou le psychologue ne peut "en aucun cas intervenir seul". Il évoque par ailleurs la prise en charge des mineurs revenant de zone irako-syrienne.

Lire la suiteLire la suite
Détenus radicalisés : la CGLPL prône "un équilibre" entre les mesures de sécurité et le respect des droits fondamentaux

"Même dans la prise en charge de détenus radicalisés, il faut un équilibre entre des mesures de sécurité renforcées, légitimes, et le respect d’un tronc commun de valeurs", déclare Adeline Hazan, jeudi 12 avril 2018. La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté était auditionnée par les sénateurs de la commission d’enquête sur les moyens de l’État face à la menace terroriste. "Faut-il regrouper ces détenus ou les disperser tout en les contrôlant plus strictement ? Le sujet est éminemment complexe et personne n’a trouvé la solution, ni en France ni ailleurs", observe la CGLPL, soulignant notamment que "les Pays-Bas ont déjà changé trois fois de dispositif". Adeline Hazan indique par ailleurs ne pas croire "aux quartiers étanches". "On l’a vu à Osny ou au début de la détention de Salah Abdeslam, les contacts existent."

Lire la suiteLire la suite
Prévention de la radicalisation : l’Efus propose trois initiatives en "soutien aux autorités locales et régionales"

"Le Forum européen pour la sécurité urbaine (Efus) intensifie son soutien aux autorités locales et régionales pour prévenir la radicalisation violente." C’est ce qu’annonce l’association d’élus et d’acteurs locaux dans un communiqué transmis à AEF, mardi 17 avril 2018. L’Efus publie un guide méthodologique à destination des villes européennes "pour l’élaboration d’une stratégie locale de prévention de la radicalisation menant à l’extrémisme violent". Elle soutient par ailleurs huit villes dans "l’élaboration de campagnes digitales" afin de répondre localement "aux discours extrémistes sur internet". Le Forum rassemble également dix acteurs (collectivités locales, instances diverses, associations…) au sein du programme PREPARE, destiné à lutter contre les processus de radicalisation des personnes sortant de prison.

Lire la suiteLire la suite
Radicalisation : regrouper les détenus radicalisés "semble suicidaire" (Romain Sèze, Inhesj)

Regrouper les détenus radicalisés "semble suicidaire", estime Romain Sèze, chargé de recherches à l’Inhesj (Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice), mardi 27 mars 2018. Il était auditionné par les sénateurs de la commission d’enquête sur l’état de la menace terroriste après la chute de Daech. "Le nombre de détenus condamnés pour des faits de droit commun qui se sont radicalisés a augmenté très vite en deux ans, ce qui pose des questions sur la politique carcérale", note en outre Romain Sèze. "Il faut aussi songer au désengagement de ces personnes […]. J’en ai vu tenir des propos très menaçants, d’une violence terrible […] et qui sont sur le point de sortir de prison." Myriam Benraad, professeure en science politique à l’université de Leyde, estime pour sa part que "les services de renseignement ont perdu la trace d’un certain nombre de djihadistes".

Lire la suiteLire la suite