Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°585255

Accord de rupture conventionnelle collective portant sur 226 postes à Teleperformance, après 4 mois de négociations

Trois syndicats sur cinq de Teleperformance France ont signé le 2 mai 2018 un accord de rupture conventionnelle collective et de congé de mobilité, qui vise 226 suppressions de postes (10 % de l'effectif). Le texte prévoit d’ajouter aux indemnités légales ou conventionnelles 2 200 euros par année d’ancienneté et cinq mois d’indemnités additionnelles pour couvrir la période de carence chômage. "Les montants des indemnités de rupture sont satisfaisants, estime Félicien Okoyo de la CFTC. Et aucun licenciement ne pourra intervenir dans les 12 mois suivant les premiers départs, si l’objectif de 226 suppressions de postes n’est pas atteint". "Cet accord opère une nouvelle saignée dans les effectifs et ne traite pas suffisamment la question de la charge de travail pour les salariés restants", déplore de son côté Issam Baouafi, de Sud.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Il aura fallu six réunions et quatre mois de négociations à Teleperformance France (1) pour aboutir à la signature d’un accord de rupture conventionnelle collective et de congé de mobilité, qui vise 226 suppressions de postes. La CFTC (2e syndicat), la CFDT (3e) et la CFE-CGC (5e), pesant à elles trois près de 55 % de représentativité, ont paraphé mercredi 2 mai 2018 le texte de 48 pages, un texte que Sud (1er) et la CGT (4e) désapprouvent.

"La direction nous a annoncé son projet le 18 décembre et nous avons commencé à en discuter début janvier, relate Issam Baouafi, DSC Sud. Elle voulait aller vite, tablant sur une signature en février pour organiser les départs en mars." Finalement, les départs auront lieu du 23 mai au 12 juin, après quatre mois de négociations, soit davantage que les trois mois qui auraient été nécessaires dans le cadre d’un PSE assorti d’une expertise.

LES DERNIÈRES ÉVOLUTIONS DU TEXTE

"Les discussions approfondies ont permis d’aboutir à un bon accord, souligne pour sa part Félicien Okoyo, DSC CFTC. Avec de nettes améliorations du texte lors de la dernière réunion, par rapport à la précédente mouture (lire sur AEF info). Par exemple, le plafond des indemnités passe à 30 mois de salaire ou à 48 000 euros, ce qui est important pour les salariés qui ont beaucoup d’ancienneté ; les aides à la création ou à la reprise d’entreprise ont été relevées ; les salariés dont le poste pourrait être mutualisé sur plusieurs centres devront donner leur accord ; enfin, aucun licenciement ne pourra intervenir dans les 12 mois suivant les départs volontaires, si l’objectif de 226 suppressions de postes n’est pas atteint." Le nombre de suppressions de postes envisagées a également été légèrement revu à la baisse, passant de 234 à 226.

Pour Issam Baouafi, de Sud, le compte n’y est pas : "cet accord opère une nouvelle saignée dans les effectifs et ne traite pas suffisamment la question de la charge de travail pour les salariés restants, qui n'a pas été évaluée au préalable et va nécessairement augmenter. En outre, il instaure un plafond pour les indemnités de rupture, ce qui n’était pas le cas dans les PSE de 2010 et 2011. Enfin, les possibilités de reclassements risquent d’être faibles dans certains bassins d’emploi sinistrés et le congé de mobilité n’est prévu que pour 7 à 9 mois, dans la plupart des cas."

DES INDEMNITÉS DE RUPTURE À PLUSIEURS ÉTAGES

L’accord prévoit des indemnités de départ volontaire similaires à celles du PSE de 2011 (selon les organisations syndicales), soit 2 200 euros par année d’ancienneté ou 0,8 mois de salaire de base brut, selon la formule la plus favorable.

Ces indemnités s’ajoutent aux indemnités légales (entre 1/4 et 1/3 de mois de salaire par année d’ancienneté pour les non-cadres) ou conventionnelles (entre 3/10e et 6/10e de mois de salaire par année d’ancienneté pour les cadres, majorées à partir de 50 ans).

Mais le texte comporte également deux étages supplémentaires d’indemnités de départ :

  • une indemnité spécifique de RCC de trois mois de salaire de base brut ;
  • une indemnité complémentaire de deux mois de salaire de base brut.

Ce supplément de cinq mois est destiné à couvrir le délai de carence maximal de 150 jours applicable au versement des allocations-chômage. Dans le cadre d’un PSE ou d’un PDV, le délai maximal est de 75 jours.

Au total, le montant des indemnités est plafonné à 30 mois de salaires de base bruts ou à 48 000 euros, selon la formule la plus favorable au salarié.

UN CONGÉ DE MOBILITÉ DE 7 À 9 MOIS SELON L’ÂGE

Les salariés pourront également opter pour un congé de mobilité, rémunéré à 75 % de leur salaire brut de référence, et d’une durée variable en fonction de leur âge :

  • 7 mois pour les salariés de moins de 45 ans ;
  • 9 mois pour les 45 ans et plus ;
  • 12 mois pour les salariés reconnus travailleurs handicapés.

Le texte fixe trois conditions cumulatives d’éligibilité à la rupture conventionnelle collective ou au congé de mobilité :

  • être en CDI, sans condition d’ancienneté ;
  • occuper un emploi figurant sur les listes des emplois supprimés ;
  • avoir un projet professionnel (contrat de travail ou promesse d’embauche, création d’une activité ou reprise d’entreprise, projet de formation).

DES AIDES À LA MOBILITÉ ET À LA FORMATION

Outre un cabinet spécialisé dans l’accompagnement des salariés (dont le choix n'est pas arrêté pour l'instant), l’accord recense plusieurs aides à la mobilité fonctionnelle et/ou géographique : formations, aides à la création ou à la reprise d’entreprise, aides à la mobilité géographique.

Aides à la formation :

  • organisation de sessions sur des dispositifs de formations certifiantes et de titres professionnels ;
  • abondement du CPF jusqu’à 100 heures de formation, si le nombre d’heures du CPF s’avère insuffisant, ou aide de 3 000 euros si la formation n’est pas éligible au CPF ;
  • aide au parcours de VAE et prise en charge de modules supplémentaires, le cas échéant, jusqu’à 1 800 euros.

Aides à la création ou à la reprise d’entreprise :

  • enveloppe jusqu’à 3 000 euros pour une formation à la reprise ou à la création d’entreprise ;
  • aide à la réalisation du projet pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

Aides à la mobilité géographique :

  • remboursement des frais de déplacement pour un voyage de reconnaissance, des frais de recherche d’un logement et des frais de voyage au moment de l’installation ;
  • aide au déménagement plafonnée à 2 000 euros.

L’accord prévoit également des mesures à destination des salariés restant dans l’entreprise : une prime mensuelle de 200 euros sera versée aux salariés dont le poste serait mutualisé sur plusieurs centres (ce qui engendrerait des déplacements) et pour ceux dont la future fonction était précédemment couverte par plusieurs personnes. Les salariés concernés devront donner leur accord à ce changement, formalisé par un avenant au contrat de travail.

(1) Teleperformance, leader mondial de la gestion omnicanal de l’expérience client externalisée, compte 223 000 collaborateurs répartis sur 350 sites dans 76 pays, dont 2 200 salariés en France. En 2017, le groupe a réalisé 4,18 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Nicolas Lagrange, journaliste