Dépêche n°584671

8 min de lecture

Par Sarah Piovezan

Publiée le 03/05/2018 à 07h30

Saclay : "Nous sommes capables de démontrer le caractère irréversible de nos engagements" (P-P. Zalio, ENS Paris-Saclay)

"Ce serait une erreur de considérer que les trois conditions posées par le jury sont le problème numéro 1 de l’Université Paris-Saclay. Le jury nous demande des preuves d’irréversibilité du processus, […] je prétends que nous sommes capables de le démontrer", estime Pierre-Paul Zalio, président de l’ENS Paris-Saclay, dans une interview à AEF. "Le cadre de travail est désormais fixé : Paris-Sud, l’ENS, CentraleSupélec, AgroParisTech et l’IOGS forment le cœur qui construit la première étape à 2020." Il attire cependant l’attention sur les financements, notant qu’il "reste encore, au total, 48 millions d’euros à trouver pour boucler toutes les opérations". "Une partie du chemin est faite, mais pas l’intégralité, et les échéances se rapprochent vite." Il s’exprime aussi sur le projet NewUni, qui est selon lui "une façon de réinventer l’X", et sur le retard qu’a pris le chantier de l’ENS.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Lire la suite

L’université Paris-Saclay publie sa 1re enquête sur l’emploi des docteurs et prépare la création de graduate schools

92,4 % : tel est le pourcentage des docteurs de l'université Paris-Saclay diplômés entre septembre 2015 et fin 2017 qui occupent un emploi, la moitié d’entre eux l’ayant trouvé avant la fin de la thèse. C’est l’un des enseignements que livre la première enquête sur l’emploi des docteurs qu’a menée l’université Paris-Saclay, dont les résultats sont rendus publics lundi 23 avril 2018, sur la plate-forme dédiée PhDFuture. Une analyse plus approfondie de ces chiffres va être engagée dans le cadre d’une mission de doctorant-conseil et supervisée par un chercheur confirmé en sciences sociales quantitatives, signale Sylvie Pommier, directrice du collège doctoral. Elle indique également à AEF l’intention de Paris-Saclay d’aller vers "une organisation simplifiée de la formation doctorale, structurée à travers des graduate schools intégrant le master, le doctorat et la recherche".

Lire la suite

Lire la suite

À découvrir
Métiers de l’intervention sociale et du soin : une charte pour en favoriser l’accès aux personnes handicapées

Améliorer le repérage des profils adaptés à l’exercice des métiers de l’intervention sociale et du soin, multiplier les occasions de rencontres entre eux, les employeurs et les centres de formation, ou encore sensibiliser les recruteurs et développer l’apprentissage. Voilà les principaux engagements pris par les six signataires de la charte Handiss’pensables. Le 14 juin 2022, les organismes de formation de l’Unaforis, l’Opco Santé, La Croix-Rouge française, l’association Arpejeh, le collectif pour le développement de l’emploi accompagné (CFEA), les Cap emploi représentés par Cheops et l’Ugecam, ont affiché une volonté commune d’ouvrir ce secteur en tension à de nouveaux profils. Ils ont donc répondu favorablement à cette initiative de l’association OETH (Objectif emploi des travailleurs handicapés) qui porte l’accord relatif à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés du secteur sanitaire, et social associatif. Agréé depuis 1991 par le ministère du Travail, cet accord a permis de développer la préformation Oasis, en faveur du développement de l’apprentissage pour les personnes handicapées désireuses d’embrasser une carrière dans ce champ.

Lire la suite