Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Climat : InfluenceMap distingue 20 entreprises pour leur lobbying en faveur de l'accord de Paris

L’ONG britannique InfluenceMap sélectionne 20 entreprises qui ont soutenu des politiques climatiques ambitieuses alignées sur l’accord de Paris, afin d’élaborer sa liste A sur l’engagement pour les politiques climatiques, publiée dans un nouveau rapport du 3 avril 2018. Cette liste, qui ne comprend aucune entreprise française, sera mise à jour deux fois par an, dont la prochaine en septembre prochain avec l’ajout de dix entreprises supplémentaires.

Pour se qualifier et figurer dans la liste A sur l’engagement pour les politiques climatiques publiée par InfluenceMap dans un rapport du 3 avril, les entreprises doivent démontrer "un leadership sur le secteur, un soutien suffisant pour une politique climatique ambitieuse et être actives de manière stratégique". "Des liens stratégiques avec des associations d’entreprises s’opposant de manière flagrante aux politiques climatiques peuvent disqualifier une entreprise pour entrer dans la liste", précise l’ONG britannique. Microsoft rate de peu son entrée dans la liste A à cause de ses liens avec des groupements puissants d’entreprises s’opposant aux politiques climatiques comme la Chambre de commerce des États-Unis, qu’Apple a publiquement dénoncée, illustre InfluenceMap.

engagement fort du PDG

"Cette liste A inclut des leaders de la durabilité comme Ikea, Unilever et GSK, mais aussi six entreprises européennes de services énergétiques (EDP, EnBW, SSE, National Grid, Enelet Iberdrola) et des entreprises du secteur des technologies comme Apple, Amazon, et Google. L’un des critères jouant en la faveur des entreprises de la liste A est l’engagement fort de leur PDG pour la mise en place de politiques climatiques, comme Paul Polman d’Unilever, Tim Cook d’Apple et Feike Sijbesma de DSM", remarque InfluenceMap. On retrouve dans la liste A des 20 entreprises (1) : 5 entreprises américaines, 4 britanniques, 3 néerlandaises, 3 allemandes, 2 suisses, 1 espagnole, 1 italienne et 1 portugaise, mais aucune française.

L’ONG publie également une seconde liste de 20 autres entreprises (2) qui pourraient potentiellement entrer dans la liste A prochainement. On retrouve cette fois deux entreprises françaises : Vinci et EDF. Cette dernière est considérée comme ayant un "soutien positif sur le climat" mais se trouvant dans un secteur très compétitif avec de nombreux acteurs affichant leur soutien aux politiques climatiques. Quant à Vinci, elle affiche un "soutien positif" mais "n’apparaît pas aussi engagée de manière stratégique que les entreprises de la liste A". D’autres entreprises comme Statoil, ENI, LafargeHolcim et BHP sont des leaders sectoriels et stratégiquement actifs néanmoins ils ne semblent pas soutenir suffisamment de politiques climatiques ambitieuses alignées avec l’accord de Paris.

(1) Tesla, AkzoNobel, Royal DSM, Unilever, Coca Cola, Nestlé, GSK, ABB, Siemens, Apple, Google, Ikea, Amazon, Deutsche Telekom, EDP, EnBW, SSE, National grid, Iberdrola et Enel.

(2) Deutsche Post, Moller Maersk group, Honda motor, Nissan, Vinci, PepsiCo, Suncor energy, Statoil, Eni, Johnson & Johnson, United technologies, Microsoft, Lafarge Holcim, BHP, Walmart, H&M, Vodafone, Verbund, Edison international, et EDF.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sabrina Dourlens, journaliste