Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Campagne de recrutement 2018 de l’Inra : "Si vous n’avez pas ce profil, on va pouvoir s’entendre"

"En 2018, l’Inra recrute. Parmi les candidats, tous ne pourront être retenus…" Telle est l’accroche de l’annonce des concours de recrutement de chercheurs, ingénieurs, cadres, techniciens et personnels administratifs à l’Inra, telle qu’elle est diffusée sur les réseaux sociaux. Quatre vidéos humoristiques l’accompagnent, livrant le "témoignage" de candidats dont les auditions ne se sont manifestement pas bien passées : un chercheur, une gestionnaire financière et comptable, un soigneur animalier et une informaticienne. C’est à travers ce ton "décalé", confié à l’agence Peter Franklin, que l’Inra a souhaité cette année communiquer sur sa "marque employeur" et transmettre les "valeurs" de la recherche agronomique pour rehausser le nombre de postulants, en baisse ces dernières années pour les ITA. Sandrine Vinzant, directrice de la communication, revient pour AEF sur cette campagne.

Comme tous les ans, l’Inra a lancé deux campagnes de recrutement sur concours : l’une proposant 32 emplois de chargés de recherche, ouverte du 29 janvier au 5 mars 2018, l’autre offrant 124 emplois d’ingénieurs, de cadres, de techniciens et de personnels administratifs, pour laquelle les inscriptions se déroulent du 13 février au 15 mars. La nouveauté de ces campagnes réside dans les vidéos humoristiques les accompagnant, présentant des candidats dont les pratiques et motivations professionnelles sont aux antipodes des "valeurs" portées par l’Inra : "Si vous n’avez pas ce profil, on va pouvoir s’entendre", conclut chaque vidéo.

ENDIGUER UNE BAISSE DES CANDIDATURES CHEZ LES ITA

"Si la tendance est à la hausse chez les chercheurs, nous avons en revanche constaté un taux de pression en baisse ces dernières années chez les ITA, qui justifiait de revoir notre mode de communication de recrutement", indique Sandrine Vinzant, directrice de la communication. "C’est la raison pour laquelle, à budget de communication constant (comprenant l’achat de bannières classiques sur certains sites web et l’achat d’espace dans certains supports de presse), nous avons confié à l’agence Peter Franklin le soin de réaliser ces quatre vidéos au ton humoristique et décalé, en prenant bien soin que cette campagne plaise en interne."

Le projet a associé la DRH et la direction de la communication. Les textes ont été particulièrement travaillés avec l’agence, de manière à "pouvoir en dire plus sur les valeurs qui animent l’Inra, ses missions et la diversité de ses métiers". Pour affiner les messages et le ton, l’organisme a notamment tiré profit d’une enquête d’opinion qu’il avait menée avec l’Ifop, à l’occasion de ses 70 ans. Le résultat, bouclé en deux semaines et qui a reçu l’aval du collège de direction, aboutit à une "modernité décalée, sans être hors des clous mais avec une petite prise de risque", relate Sandrine Vinzant.

FORTE HAUSSE DES VISITEURS SUR LE SITE EMPLOI DE L’INRA

Les premiers résultats de cette "petite audace bienvenue" semblent déjà dépasser les attentes. "Nous en sommes à plus de 180 000 vues entre LinkedIn, Facebook et Twitter. Cela a vite pris un tour viral, et c’est précisément ce que nous souhaitions", se félicite Sandrine Vinzant. "Le ressenti en interne est aussi excellent. Les centres régionaux en particulier se sont approprié les vidéos et les ont diffusées sur leurs comptes Twitter en précisant les postes qu’ils ont à pourvoir."

Il faudra attendre la fin de la campagne pour savoir, chiffres à l’appui, si cette communication aura permis d’augmenter le nombre des candidatures déposées par rapport aux années précédentes. En attendant, les consultations du site de l’Inra connaissent une forte hausse, avec 86 500 visiteurs extérieurs en février, soit 50 % de plus que d’habitude, et 6 000 consultations de la page des concours sur le site emploi, dont la fréquentation est en hausse de 75 % par rapport à la campagne de 2017.

Les vidéos

X, chercheur : "Si on peut même plus s’amuser à créer des mutants…"

Y, gestionnaire : "Moi, ton argent public, je te le lave plus blanc que blanc."

Z, soigneur animalier : "Préparez-vous à voir une poule gagner le Tour de France !"

Anonymous38, informaticienne : "C’est bon ? On n’est pas sur écoute ?"

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

René-Luc Bénichou, journaliste