Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°576258

Comment réduire les ruptures de contrat d’apprentissage ? L’exemple de la démarche proactive

Identifier les besoins imminents de l’employeur est un moyen pour les apprentis d’obtenir des activités plus formatrices et ainsi de limiter les abandons, affirme Dominique Ledogar, chef du service qualité de l’apprentissage à la région Île-de-France. Il intervenait jeudi 30 novembre 2017 lors d’une réunion de la concertation apprentissage pour présenter la "pédagogie proactive". Cette méthode a permis de faire passer de 21 % à 6 % le taux de rupture de contrat dans la région entre 2009 et 2015 (lire sur AEF info). L’anticipation de ces besoins doit se faire avec l’appui des formateurs de CFA. Cette démarche peut aussi s’appliquer à la construction du projet professionnel du jeune, aux médiations en cas de conflit et à la recherche d’un employeur.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

L’insatisfaction des jeunes face aux missions proposées en entreprise est l’une des principales causes de rupture, selon une étude commandée par la région Île-de-France en 2011 auprès du cabinet de conseil Adéo (lire sur AEF info).

Pour y remédier, la démarche proactive consiste à aider l’apprenti à négocier des activités plus valorisantes en se fondant sur les besoins à court terme de l’employeur, explique Dominique Ledogar, chef du service qualité de l’apprentissage au conseil régional. Il a publié mi-novembre un ouvrage sur la pédagogie proactive intitulé "apprentissage : ce que veulent les jeunes et les entreprises" (éditions L’Harmattan, 119 pages, 14 euros).

Le recueil des besoins des professionnels se fait par un questionnement à choix multiple de type "dans les jours qui viennent, vos besoins ça serait plutôt ceci, ceci ou cela ?". Cette posture va placer le jeune en "situation favorable pour renforcer la confiance" de l’entreprise dans son travail, assure l’auteur de l’ouvrage.

BRISER LE CERCLE VICIEUX

La rupture de contrat au menu de la concertation en cours



21 % des jeunes inscrits en CFA en 2014-2015 ont abandonné l’apprentissage, selon la dernière étude de la Dares sur le sujet. Ce taux est bien plus élevé parmi les apprentis préparant un CAP et dans les petites entreprises. Les membres du groupe de travail 2 sur les entreprises, piloté par Morad Ben Mezian (France Stratégie), doivent débattre le 30 novembre des moyens de réduire le décrochage à travers notamment le lien CFA-entreprises et le rôle du tuteur.

Le décrochage sera aussi abordé le 14 décembre dans le groupe de travail 1 sur le parcours de l’apprenti (lire sur AEF).

En garantissant une application immédiate au poste de travail, l’anticipation des besoins permet aux jeunes de devenir "demandeurs de formation" et renforce leur appétence scolaire. "Je veux savoir calculer les surfaces pour réussir mon chantier de peinture en bâtiment la semaine prochaine", cite en exemple Dominique Ledogar.

Un moyen de briser le "cercle vicieux" qui "amène l’entreprise à croire que le jeune n’est pas motivé vu sa posture attentiste et à lui confier des activités basiques".

SUPPORTER D’autres frustrations

Le fait que le jeune puisse effectuer des activités épanouissantes et formatrices a aussi comme bénéfice de limiter "l’apparition d’une majorité de conflits habituels". "cela lui permet même de supporter de nombreuses frustrations qui passent pour être les causes habituelles des conflits" (incompatibilité d’humeur, salaire insuffisant, ambiance peu conviviale…).

La démarche proactive pourrait donner l’impression qu’elle conduit les jeunes à un "asservissement" en répondant aux seuls intérêts de l’entreprise. Face à cette critique, l’auteur de l’ouvrage assure que l’analyse des besoins de production immédiats de l’employeur permet au contraire de les mettre à distance et d’acquérir de nouvelles compétences.

CRÉER DE NOUVEAUX EMPLOIS

De plus, cette démarche permet de développer des activités dans l’entreprise et in fine des emplois en révélant des besoins non satisfaits.

Un apprenti employé dans une librairie généraliste a par exemple remarqué que les clients qui étaient accompagnés de jeunes enfants abrégeaient fréquemment leur visite dans la boutique, explique Dominique Ledogar. Il a pu proposer à son employeur de créer un rayon manga pour occuper les plus jeunes, ce qui a permis au magasin d’augmenter le panier moyen de la clientèle existante et même de faire venir de nouveaux clients amateurs de mangas.

Une cinquantaine de CFA impliqués dans cette démarche


Créée en 2014, Proactive academy, une entreprise solidaire d’utilité sociale, est spécialisée dans la formation d’enseignants à l’anticipation des besoins imminents des entreprises. Elle accompagne actuellement plus de 50 établissements – CFA mais aussi lycées et missions locales - dans six régions (Île-de-France, Bretagne, Normandie, Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Aquitaine). 400 salariés ont été formés en 2017, selon Morgan Marietti, président de Proactive academy et ancien président de l’Anaf.


à lire aussi
Décrochage : les inspections générales pointent le manque de données sur la trajectoire des apprentis

Livret d’apprentissage, pédagogie différenciée, accompagnement social des jeunes… Ce sont quelques-uns des dispositifs d’accompagnement mis en place par les CFA pour réduire les ruptures précoces de contrat qui sont répertoriées dans un rapport de l’Igas, l’Igaenr et l’Igen, sur la sécurisation des parcours des apprentis. Le document est daté de juin 2015 mais vient d’être publié (1). Faute de données statistiques satisfaisantes, les inspections jugent nécessaire de revoir les indicateurs portant sur les ruptures précoces de contrat et les trajectoires des apprentis. Ils recommandent aussi de mieux coordonner les actions des CFA, régions et missions locales pour améliorer leur efficacité.

Lire la suiteLire la suite
Le tutorat des apprentis dès l'entrée en formation, une « solution efficace » pour limiter les ruptures de contrat (Cereq)

Le tutorat mené dès la signature du contrat d'apprentissage par trois missions locales en Côte-d'Or auprès des apprentis et des employeurs « semble être une solution efficace » pour limiter les ruptures de contrat, indique une étude du Cereq sur la sécurisation des parcours des apprentis, publiée dans le « Bref » de novembre 2012 (n°301). Environ 1 100 jeunes âgés en moyenne de 18 ans de l'hôtellerie-restauration, du commerce et de la viticulture ont été suivis entre octobre 2009 et juin 2011 dans le cadre de cette expérimentation financée par le fonds d'expérimentation pour la jeunesse, portée par la mission locale de Beaune et évaluée par l'Iredu (Institut de recherche sur l'Éducation).

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
E-santé : la Haute autorité de santé publie 4 référentiels de télésurveillance médicale

Alors que la généralisation du remboursement de la télésurveillance médicale est prévue au plus tard le 1er juillet 2022, la HAS publie ce 26 janvier 2022 un référentiel pour les solutions de télésurveillance pour chacune des quatre pathologies suivantes : diabète, insuffisance cardiaque chronique, insuffisance rénale chronique et insuffisance respiratoire chronique. Ces quatre référentiels doivent permettre aux industriels et aux professionnels de santé de se préparer au cadre pérenne en ayant connaissance des exigences – techniques et organisationnelles, retenues par la commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (Cnedimts). Pour la HAS, la télésurveillance est un dispositif qui peut faciliter le suivi médical et présenter des bénéfices à la fois pour les patients, les aidants et les professionnels de santé.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste