Dépêche n°576093

3 min de lecture

Par Christophe Marty

Publiée le 28/11/2017 à 16h57

Jean-Marie Luttringer décrypte les implications juridiques du document d’orientation de la réforme de la formation

"Le nouveau visage de la formation professionnelle en France résultera de la synthèse de multiples référentiels" allant du "droit positif consolidé en 2014" aux référentiels des partenaires sociaux et parlementaires, en passant par les propositions d'"En marche" pendant la présidentielle. Dans sa nouvelle chronique, Jean-Marie Luttringer, juriste spécialisé sur les questions de formation, se livre à une analyse des implications juridiques des pistes de réformes ouvertes par le document d’orientation de la réforme de la formation professionnelle élaboré par le ministère du Travail. À cette occasion, il questionne notamment les attendus potentiels de la négociation interprofessionnelle. De même, il relève que, derrière la question du CIF et du CPF, se pose la "question politique majeure" du débat entre mutualisation et capitalisation dans le champ de la formation.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
Lire la suite

Lire la suite

Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Projet de loi Immigration : le détail des dispositions concernant le travail, l’emploi et la formation

Le 1er février 2023, les ministres de l’Intérieur et du Travail Gérald Darmanin et Olivier Dussopt ont présenté en Conseil des ministres le projet de loi sur l’immigration. Le texte vise notamment à mieux intégrer la population immigrée à travers le travail. Il crée un titre de séjour "travail dans les métiers en tension", suggère aux employeurs de former à la langue française les salariés allophones, facilite l’accès au marché du travail des demandeurs d’asile et crée une nouvelle amende sanctionnant les employeurs d’étrangers ne détenant pas de titre de séjour les autorisant à travailler.

Lire la suite

Lire la suite