Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°568360

Au-delà d’un certain seuil, l’actionnariat salarié a des "effets négatifs" sur la performance (X. Hollandts, Kedge BS)

Plébiscité par les entreprises françaises pour son impact sur la motivation des collaborateurs, l’actionnariat salarié a pourtant un impact négatif, à long terme, sur la performance des entreprises françaises. "Passé un certain seuil, en moyenne entre 1,5 et 2 % du capital, les entreprises qui ont moins d’actionnariat salarié sont plus performantes que celles qui en ont plus", affirme Xavier Hollandts, professeur associé à la Kedge Business School. Ce spécialiste de l’actionnariat salarié, coordinateur de la chaire de recherche Alter-Gouvernance, a cosigné une étude économétrique (1) qui analyse l’effet de l’actionnariat salarié sur la performance des 120 plus grandes entreprises françaises entre 2000 et 2014. Selon lui, pour contrecarrer cet effet négatif, "il faut accompagner l’actionnariat salarié sur le long terme" en en expliquant régulièrement la finalité aux salariés.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Actionnariat salarié : en 2016, les salariés détenaient 3,2 % des grandes entreprises européennes

Mardi 7 mars 2017, la Fédération Européenne de l’Actionnariat salarié (FEAS) publie un nouveau "Recensement Économique Annuel de l’Actionnariat Salarié" (1). Selon l’étude, l’actionnariat salarié se développe à travers l’Europe. La part détenue par les salariés dans les grandes entreprises européennes n’a jamais été aussi élevée, avec 3,2 % en 2016 contre 2,48 % en 2006. Parmi les 2 335 entreprises recensées, la part des salariés est significative dans 1 220 ou 52 % d’entre elles (les salariés détenant 1 % ou plus), elle est stratégique dans 464 soit 20 % des cas (les salariés détenant 6 % ou plus) et elle est en position déterminante ou de contrôle dans 266 soit 11 % d’entre elles (les salariés détenant 20 % ou plus).

Lire la suiteLire la suite
Pour les employeurs, l’actionnariat salarié est synonyme de motivation des salariés et d’attractivité (Deloitte)

L’image employeur est le premier élément sur lequel le déploiement d’un programme d’actionnariat salarié a un impact, selon 84 % des employeurs français des sociétés non cotées. Selon une étude du cabinet Deloitte publiée à la mi-décembre, c’est en effet un synonyme d’attractivité en termes d’embauche (72 %), mais également de motivation et d’implication des salariés (76 %). La moitié des employeurs considère que l’actionnariat salarié est également lié à l’idée d’équité, 40 % qu’il impacte les relations sociales, et un tiers environ (32 %) qu’il a un fort impact sur le turnover et la fidélisation des talents. 92 % des entreprises ont un retour positif sur la création de ce dispositif au sein de leur structure. Du côté des salariés, 47 % de ceux éligibles à un programme d’actionnariat y ont souscrit, avec 2 850 euros d’investissement unitaire en moyenne.

Lire la suiteLire la suite
L’actionnariat salarié, "triptyque vertueux" pour l’entreprise, ses salariés et l’État. Les exemples d’Orange et Essilor

Les comparaisons européennes ne sont pas toujours favorables à la France, mais il est un domaine où elle tient la première place parmi les 27 : avec 3,5 millions d’actionnaires salariés, l’Hexagone est en effet le pays d’Europe où ce dispositif est le plus développé. Pourquoi alors faut-il encore le renforcer ? "Parce que c’est une des réponses à la crise de croissance que nous connaissons", répond Loïc Desmouceaux, délégué général de la FAS (Fédération française des associations d’actionnaires salariés), ce mardi 20 septembre 2016, lors des 4es Rencontres pour l’épargne salariale. "Une réponse moderne", car elle est "un outil de cohésion qui permet de faire converger les intérêts" des entreprises, des salariés et de l’État. Un point de vue que partage Paul du Saillant, directeur général adjoint du groupe Essilor, qui qualifie l’actionnariat salarié de "triptyque gagnant".

Lire la suiteLire la suite