Dépêche n°568202

4 min de lecture

Par Laure Delacloche

Publiée le 12/09/2017 à 18h06

"Ce n’est pas la priorité de remettre du latin et des classes bilangues au collège", selon Corinne Heckmann (OCDE)

OCDE. "Ce n’est pas la priorité de remettre du latin et des classes bilangues au collège", dit-elle lors de la présentation du rapport "Regards sur l’Éducation", le 12 septembre 2017. Corinne Heckmann revient également sur l’assouplissement de la réforme des rythmes scolaires, estimant "dommage" que le choix des communes se soit fait sur des "critères budgétaires". Concernant l’introduction des CP à 12, l’analyste souligne l’importance de la formation des enseignants et leur nécessaire "collaboration". Selon elle, le dispositif "Plus de maîtres que de classes" allait "dans le bon sens". L’analyste insiste également sur la nécessité d’une "réflexion plus approfondie" sur le métier d’enseignant, qui passe par leur rémunération et leur accompagnement.

Cette dépêche est réservée à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
À lire aussi
La France parmi les pays de l’OCDE au plus faible taux d’encadrement (Regards sur l’éducation)

La France compte à peine plus d’un enseignant en équivalent temps plein par classe de primaire, montre le rapport de l’OCDE "Regards sur l’éducation", rendu public mardi 12 septembre 2017. C’est moins que la moyenne des pays membres de l’organisation internationale qui se situe à 1,5 ETP par classe. Les classes françaises comptent 23 élèves au primaire en moyenne et 25 au collège. Là encore, c’est plus que la moyenne de l’OCDE, à respectivement 21 et 23 élèves. Cependant "ces différences devraient s’atténuer" avec la mesure des CP à 12 en éducation prioritaire, note l’OCDE. L’organisation souligne également la très forte augmentation du taux de réussite aux examens de la voie professionnelle (+15 points entre 2005 et 2014). L’OCDE rappelle également que la France dépense toujours plus que les autres pays membres pour un lycéen, et moins pour un élève de primaire.

Lire la suite

À quelles conditions la scolarité pré-élémentaire améliore-t-elle les résultats scolaires ? (rapport OCDE)

Pisa", établit le rapport de l’OCDE consacré à la prise en charge pré-élémentaire, publié le 21 juin 2017. Ce lien est d’autant plus fort que la durée de la scolarisation est longue, que "le ratio élèves/enseignant est faible" et que "le système éducatif investit davantage par enfant". Entre un enfant ayant été pris en charge durant moins d’un an et un autre l’ayant été durant plus d’un an, l’écart de résultats à Pisa (élèves de 15 ans) en sciences représente plus d’une année scolaire. Avoir été scolarisé avant 6 ans permet aussi de réduire les inégalités scolaires : une fois le milieu socio-économique pris en compte, les élèves ayant été à l’école maternelle obtiennent 25 points de plus que ceux qui ont connu moins d’une année de scolarisation.

Lire la suite

Lire la suite

À découvrir
Lire la suite

Lire la suite

Lire la suite