Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Lycées d’Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez veut "une égalité de traitement" entre le public et le privé

Entre le privé et le public, "je veille à une égalité de traitement", déclare Laurent Wauquiez, président (LR) d’Auvergne-Rhône-Alpes, qui a réuni les responsables d’établissements de l’enseignement privé le 2 octobre 2017. Sur les 576 lycées de cette région, 44 % relèvent du privé (27,5 % de l’effectif lycéen total). Jean-Romain Plaige, président du Crec, salue "le pragmatisme" de la région, avec "un partenariat au service des familles". La Région a adopté un PPI pour l’ensemble de ses établissements scolaires le 29 septembre 2017, qui devrait totaliser 1,5 Md€ sur le mandat, avec 500 M€ de "rattrapage", 500 M€ d’investissements (380 M€ pour le public et 120 M€ pour le privé), 300 M€ de maintenance immobilière et 200 M€ pour des "actions transversales". La dépense annuelle annoncée pour 2017-2021 "se situe dans la continuité des précédentes mandatures", observe le Ceser.

Associer le privé au Crefop

Laurent Wauquiez "a écrit, il y a une dizaine de jours" au ministre de l’Éducation afin de pouvoir intégrer l’enseignement privé dans le Crefop, "une demande partagée par l’ARF". "Aujourd’hui la loi ne le permet pas. Cela n’a pas de sens que le privé soit exclu" de cette instance de concertation (lire sur AEF info), estime le président (1).

L’investissement consacré par Auvergne-Rhône-Alpes aux établissements de l’enseignement privé passe "de 8 à 25 millions d’euros" par an, explique Laurent Wauquiez, président LR de la collectivité (2). Outre "des appels à projets classiques (13 M€ pour les mises aux normes, les économies d’énergie, etc.)", la région propose 2 M€ pour "la sécurisation, au sens large", des entrées des lycées.

"Nous soutiendrons aussi l’investissement en informatique, les équipements sportifs, les installations agricoles…", ajoute Laurent Wauquiez. Avec "50 M€ prévus sur la totalité du mandat pour des investissements supplémentaires dans le privé, dont 10 M€ dès 2017", il décrit "des marges de manœuvre" et encourage les responsables d’établissements à déposer des dossiers.

un PPI pour les Lycées "d’ampleur inédite"

Selon le président, l’investissement dans les lycées, possible grâce aux "130 M€ d’économies réalisées sur le train de vie de la région" en 2016, ne se fait "pas sans mal" en ce qui concerne le privé. "Cela nécessite du courage politique : avec la vice-présidente [déléguée aux lycées] Béatrice Berthoux nous recevons des critiques et des attaques de la part de la précédente majorité", commente Laurent Wauquiez.

"Être traités à parité" (Crec)

Jean-Romain Plaige, président du Comité régional de l’enseignement catholique, salue "le pragmatisme" de la collectivité, avec "un partenariat au service des familles". "Nous n’avions pas été habitués à être traités à parité", remarque le directeur diocésain de Grenoble. Pour l’enseignement privé, "la difficulté majeure" est aujourd’hui "d’obtenir des postes d’enseignants : malheureusement ce n’est pas la prérogative du président de région".

En assemblée plénière le 29 septembre, la région Auvergne-Rhône-Alpes a voté un plan pluriannuel d’investissement en faveur de l’immobilier dans les lycées "d’ampleur inédite". La majorité actuelle dépeint "une gestion patrimoniale calamiteuse des lycées sous les anciennes majorités" (lire sur AEF info) et affirme "qu’un lycéen sur six d’Auvergne-Rhône-Alpes est aujourd’hui accueilli dans un établissement en mauvais ou très mauvais état".

répondre aux défis démographiques

Début 2016, la région a réalisé un diagnostic de l’état des établissements. Elle a fait valider ses résultats au printemps dernier par un cabinet d’audit externe (Apave) "qui a mis en évidence la situation alarmante héritée des anciennes majorités, avec un stock d’opérations de 1,7 Md€". Dès le mois de juillet, "un plan d’urgence a permis de répondre sans délai aux risques constatés par les commissions de sécurité ou par l’Apave" dans 10 lycées.

Afin de "répondre aux défis démographiques (+ 20 000 lycéens d’ici 2025) qui n’avaient pas été anticipés" et de "moderniser les établissements", Auvergne-Rhône-Alpes devrait totaliser 1,5Md€ d’investissements sur le mandat, avec :

  • "un plan de rattrapage" de 500 M€ pour les 60 lycées les plus dégradés (dont une trentaine "ne bénéficiaient d’aucune opération inscrite dans le précédent plan d’investissement"),
  • un plan d’investissement de 500 M€ pour construire de nouveaux lycées et étendre les capacités d’accueil (380 M€ pour les 315 lycées publics et 120 M€ pour les 261 établissements privés),
  • un plan de maintenance immobilière doté de 300 M€,
  • un plan "d’actions transversales" (sécurité, accessibilité, performance énergétique, couverture numérique…) d’un montant de 200 M€.

"inertie totale pendant deux ans", répond l’opposition

Pour les élus socialistes et écologistes d’Auvergne-Rhône-Alpes, les 500 M€ consacrés à la rénovation ou à la construction de lycées publics "représentent précisément les besoins de restructuration que Laurent Wauquiez a gelés lors de son arrivée aux responsabilités". Dans un communiqué, ils estiment que "pendant deux ans, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a été d’une inertie totale dans la gestion de ses lycées", avec "4 dossiers de rénovations étudiés par les conseillers régionaux en 2 ans, là où les majorités précédentes en passaient plus d’une dizaine par an".

Pour sa part le Ceser observe, "en tenant compte des dépenses réalisées en 2016 (226 M€) et du taux d’exécution moyen constaté (92 %)", que la dépense annuelle annoncée pour la période 2017-2021 "se situe dans la continuité des précédentes mandatures, de l’ordre de 230 M€/an" (3). À ce niveau d’investissement, "et compte tenu de la dynamique démographique, la dépense moyenne par élève va donc avoir tendance à globalement diminuer au cours de la prochaine mandature". Le Ceser estime enfin "essentiel de disposer d’une vision du PPI déclinée pour chacune des grandes filières de formation : lycées généraux et technologiques, lycées professionnels et lycées agricoles".

"L’éducation du XXIe siècle a besoin des valeurs que vous portez"

Devant les responsables d’établissements de l’enseignement privé, Laurent Wauquiez exprime "une conviction forte : sous prétexte de pédagogisme, on a renoncé à construire et à transmettre". Selon lui, "les philosophies de la déconstruction (Foucault, Bourdieu, Derrida…)" ont conduit "à une société malheureuse", avec "des enfants livrés à eux-mêmes" et un pays pessimiste. "Je crois à l’autorité du professeur, à la transmission, qui sont compatibles avec la modernité", assure Laurent Wauquiez. "Il ne faut pas renoncer aux repères que vous incarnez. Travail, effort, réussite : je suis convaincu que l’éducation du XXIe siècle a besoin des valeurs que vous portez."

(1) "Nous associons le privé à la réflexion sur la carte des formations, un groupe de travail existe depuis l’an dernier (comme sur d’autres sujets, comme l’informatique par exemple)", précise à AEF la vice-présidente en charge des lycées, Béatrice Berthoux (lire sur AEF info).

(2) Avant la fusion avec Rhône-Alpes la région Auvergne ne soutenait pas l’investissement dans les lycées du privé (lire sur AEF info).

(3) Dans Le Progrès du 30 septembre Laurent Wauquiez répond que "la moyenne des investissements sous l’ancien mandat [était] de moins de 200 M€ par an" et que la Région "s’est aujourd’hui engagée sur une moyenne de 250 M€ par an".

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cécilia Pandolfi, journaliste