Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Une généralisation du modèle économique des plateformes pourrait "faire voler en éclats le statut de salarié" (Dares)

Le modèle économique des "plateformes de biens et de services marchands" comme Uber ou Deliveroo "repose sur l’externalisation de la production et des risques associés vers des 'collaborateurs'. Le segment le plus important de l’activité ne se situe pas à l’intérieur de la firme mais à l’extérieur : ainsi, Uber emploie-t-il moins de 1 000 salariés mais compte plus d’un million de chauffeurs associés. Si ce modèle se généralisait, une part conséquente de la production serait assurée hors du cadre traditionnel de l’entreprise et de la relation classique d’emploi. L’économie des plateformes peut donc faire voler en éclat le statut de salarié". C’est l’un des enseignements d’une étude de la Dares publiée mercredi 9 août 2017, consacrée à "l’économie des plateformes". Un secteur dont le poids réel dans l’économie reste difficile à évaluer.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi