Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°565665

L’organisation, et non le coût, du travail "est la première cause de dégradation de la compétitivité" des entreprises

Le cabinet Mozart Consulting et le GPS Apicil rendent public, mardi 11 juillet 2017, l’Indice de bien-être au travail (Ibet) 2017, basé sur des statistiques de 2015. Cet indice, qui mesure le niveau d’engagement des 18,3 millions de salariés du secteur privé, stagne à 0,75 cette année, "soit un niveau d’engagement […] qualifié de contraint". La mauvaise organisation du travail apparaît comme "la première cause de dégradation de la compétitivité des entreprises […], à relativiser avec la baisse des coûts salariaux et des charges sociales en débat actuellement avec la loi travail".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
En 2014, "le mal-être en entreprise se développe", en raison de "problèmes" dans les recrutements notamment (Ibet 2016)

Le cabinet Mozart Consulting et le groupe de protection sociale Apicil rendent publique, le 11 mai 2016, la sixième édition de leur "indice de bien-être au travail" (Ibet), indice socio-économique reposant sur des statistiques de 2014 : il s’élève à 0,75, en baisse de trois points par rapport à l'année précédente. Pour mémoire, sa valeur est comprise entre 0 et 1. "Pour les 18,3 millions de salariés du privé, le désengagement socio-organisationnel [c’est-à-dire le mal-être au travail] représente 12 600 euros par salarié et par an", indique l’étude. Cette année, l'Ibet des entreprises est analysé non seulement par secteur économique, mais aussi à l'aune de la taille des organisations. Il en ressort que "l’engagement est plus difficile à installer dans les petites entreprises où le recrutement, l’intégration et la fidélisation des collaborateurs deviennent un processus RH stratégique".

Lire la suiteLire la suite
En 2013, le mal-être en entreprise coûtait 11 000 euros par an et par salarié, moins que l’année précédente (Ibet 2015)

Le cabinet Mozart Consulting et le groupe Apicil rendent public, le 26 mai 2015 et "pour la cinquième année consécutive", l’Ibet (Indice de bien-être au travail) 2015, indice socio-économique reposant sur des statistiques de 2013 : il s’élève à 0,78. Pour mémoire, sa valeur est comprise entre 0 et 1. "En 2013 pour les 18,3 millions de salariés du privé, le désengagement socio-organisationnel", c’est-à-dire le mal-être en entreprise, "représente 11 000 euros par salarié et par an, soit une perte de compétitivité sociale nationale de 200 milliards d’euros en coûts directs et indirects", indique l’étude.

Lire la suiteLire la suite
« Le mal-être au travail coûte 13 500 euros par an et par salarié aux entreprises françaises » (Indice Ibet 2013)

« En 2011, le mal-être au travail représente 13 500 euros par an et par salarié en coûts directs et indirects soit une perte de valeur ajoutée pour l'ensemble du secteur privé de 250 milliards d'euros », évaluent Apicil et le cabinet Mozart Consulting, dans le baromètre de bien-être au travail, Ibet (indice de bien-être au travail) 2013, présenté début juin 2013 (1). En outre, cette désorganisation de la qualité du travail correspond à « une dégradation de la performance socio-économique des entreprises françaises de 27 % ». Le baromètre démontre également que trois secteurs d'activité se distinguent par leurs bonnes pratiques en termes de niveau d'engagement : l'énergie/environnement, les télécommunications et la banque/assurance.

Lire la suiteLire la suite