Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les classements ne doivent pas être des "outils de gouvernance" (échos de débats à l'Arces)

L'Arces a organisé, lors de son assemblée générale du 9 juin 2017, une table ronde sur les classements comme outils stratégiques. À cette occasion, Christine Barats, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Paris-Descartes, qui a notamment travaillé sur la médiatisation du classement de Shanghai, estime qu’il faut prendre "la distance nécessaire vis-à-vis des classements". De même, Camille Alloing, maître de conférences à l’IAE de Poitiers et dont les recherches portent sur la réputation des organisations et l’e-réputation, juge que si les classements permettent aux universités d’avoir une "marque identifiée", il existe un risque à les utiliser comme "outils de gouvernance et de stratégie de communication". Voici des échos de cette table ronde.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement