Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Présidentielle : les dirigeants de 9 organismes de recherche appellent à voter contre Marine Le Pen

"Nous appelons à voter contre la candidature de Madame Le Pen" à l'élection présidentielle, déclarent dans un texte transmis à l’AFP, jeudi 27 avril 2017, neuf dirigeants d’organismes de recherche : Jean-Marc Bournigal (Irstea), Michel Eddi (Cirad), Alain Fuchs (CNRS), François Jacq (Ifremer), Yves Lévy (Inserm), Philippe Mauguin (Inra), Jean-Paul Moatti (IRD), Antoine Petit (Inria) et Magda Tomasini (Ined), associant à leur appel la CPU, la Cdefi et la CGE. Ils jugent que le programme de la candidate du FN "est porteur de régression et de déclin sur tous les plans : économique, social, culturel et bien sûr scientifique".

Dans leur appel à voter contre Marine Le Pen au 2e tour de l'élection présidentielle, le 7 mai prochain, les dirigeants d'organismes de recherche soulignent que "sur d’innombrables sujets, les migrations, la santé, l’environnement et jusqu’à l’histoire de notre pays, les idées véhiculées par le Front national sont en contradiction ouverte avec les évidences indiscutables établies par la recherche et avec la nécessaire autonomie de la communauté scientifique".

Cet appel intervient après des prises de position similaires de la CPU, de la Cdefi et de plusieurs organisations syndicales (Unsa-Éducation, FSU, CGT, CFDT, SNPTES) et étudiantes dont l’Unef et la Fage (lire sur AEF info). "Le programme présidentiel de Madame Le Pen est contraire à nos valeurs, comme chercheurs, comme enseignants, comme humanistes, mais va également à l’encontre de notre vision de la société française et de nos propositions pour l’enseignement supérieur et la recherche, faisant craindre des menaces sur la place reconnue aux sciences", déclarait ainsi le bureau de la CPU le 25 avril.

De leur côté, neuf lauréats français des plus hautes distinctions scientifiques internationales (1) considéraient dans une tribune au Monde, le 20 avril, que "les programmes de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon "pourraient nuire gravement à la science" (lire sur AEF info). À propos de la candidate du FN, ils écrivaient ainsi : "En stigmatisant l'Union européenne comme elle le fait, en appelant à un repli national, elle contribuerait à couper la France de ses partenaires étrangers, alors que la recherche est une activité fondamentalement internationale."

(1) Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine 2012 ; Claude Cohen-Tannoudji, prix Nobel de physique 1997 ; Albert Fert, prix Nobel de physique 2007 ; Serge Haroche, prix Nobel de physique 2012 ; Jules Hoffmann, prix Nobel de médecine 2011 ; Jean Jouzel, prix Vetlesen (sciences de la Terre) 2012 et membre de l’équipe de campagne de Benoît Hamon ; Jean-Marie Lehn, prix Nobel de chimie 1987 ; Jean-Pierre Sauvage, prix Nobel de chimie 2016 ; Cédric Villani, médaille Fields (mathématiques) 2010 et membre du comité de soutien d’Emmanuel Macron.

Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

René-Luc Bénichou, journaliste