Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Concours Ecricome 2017 :+3,9 % de candidatures en classes préparatoires pour Kedge et Neoma

Le concours Ecricome, qui ne rassemble plus que deux écoles (Kedge et Neoma) après le départ de l’ICN pour la BCE, continue d’engranger des inscriptions dans les classes préparatoires : +3,9 % entre 2016 et 2017, toutes voies confondues. La semaine dernière, le concours BCE avait, lui, affiché une hausse de 1,2 % (lire sur AEF info). 8 193 étudiants de CPGE, parmi lesquels 506 de prépas littéraires (-2,5 %), ont en effet choisi de passer les épreuves Ecricome cette année, contre 7 885 en 2016. "Ces chiffres portent nos deux écoles en tête des écoles Sigem en nombre d’étudiants inscrits par école", indique le communiqué de presse. Dans le concours BCE, l’école la plus demandée est en effet Audencia, avec 8 170 inscrits. Avec la sortie de l’ICN, Ecricome avait cet automne revu ses tarifs d’inscription au concours à la baisse (lire sur AEF info).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Écoles de commerce : les chiffres d’inscription aux concours BCE et Ecricome restent stables

10 434 élèves de CPGE se sont inscrits au concours 2016 organisé par la BCE (banque commune d’épreuves), réunissant 23 écoles (1), et 8 082 au concours organisé par l’association Ecricome (pour les trois écoles ICN, Neoma et Kedge) : des chiffres stables par rapport à la session 2015 (+1,3 % pour la BCE et -1 % pour Ecricome). En termes d’attractivité, les Ecricome restent toujours devant Audencia, leader de la BCE sur le nombre d’inscrits (7 807 candidats). Skema affiche quant à elle la plus forte augmentation entre 2015 et 2016 (+6,07 %), effet probable de son bon classement au dernier Sigem (lire sur AEF). En revanche, l’Inseec continue à perdre en attractivité en classes préparatoires, avec -15,76 % d'inscrits, après -6 % en 2015. Le taux de boursiers s’établit à 24,9 % au concours BCE, et à 27,7 % au concours Ecricome, avec dans celui-ci un pic chez les littéraires (44,5 %).

Lire la suiteLire la suite
Écoles de commerce : les candidatures au concours BCE restent stables, mais le nombre de boursiers est en baisse

Le concours 2015 de la BCE (21 écoles de commerce) affiche un total de 10 299 élèves de classes préparatoires inscrits, contre 10 240 l’année dernière (lire sur AEF), soit une très légère hausse de 0,58 %, indique une note de la DAC (CCIR Paris Ile-de-France) diffusée le 20 février 2015 aux écoles. Si l’on considère aussi les 5 écoles associées à la BCE (1), les candidatures apparaissent en petite baisse (-0,47 %, à 10 350 inscrits). Parmi ces candidats de CPGE, la proportion d’élèves boursiers d’État baisse de 25,4 % à 24,6 %. Comme l’année dernière, les filières les plus dynamiques sont les CPGE économiques et commerciales voie économique (+1,71 %) et voie technologique (+4,75 %), tandis que la voie scientifique baisse légèrement (-0,86 %). Les filières littéraires B/L et ENS Lyon sont en recul (-1,97 % et -6,62 %), tandis que A/L retrouve son niveau de 2013 (+10,55 % de candidats).

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
Entreprises en difficulté : une ordonnance permet une prise en charge plus rapide des créances salariales par l’AGS

Une ordonnance datée du 25 novembre 2020 adapte les "règles relatives aux difficultés des entreprises aux conséquences de l’épidémie de Covid-19". Elle permet notamment "une prise en charge plus rapide des créances salariales" des entreprises sous procédure collective par l’AGS, explique le ministère de la Justice. Comme le prévoyait déjà une précédente ordonnance prise pendant la première vague épidémique, "les relevés de créances salariales sont ainsi transmis à l’AGS dès qu’ils sont établis, sous la seule signature du mandataire judiciaire", précise le rapport au président de la République. Toutefois si "le relevé de créances n’est pas conforme au relevé sur lequel est apposé, par la suite, le visa du juge-commissaire", le mandataire devra "transmettre également sans délai ce dernier relevé à l’AGS". Ces dispositions s’appliquent aux procédures en cours, et jusqu’au 31 décembre 2020.

Lire la suiteLire la suite