Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le nouveau statut d’agent de sécurité armé, "une révolution qui va être lourde de conséquences" (Pascal Gérard, Cnaps)

La création d’un statut d’agent de sécurité armé, définitivement adoptée au Parlement le 16 février dernier (lire sur AEF), est "une révolution qui va être lourde de conséquences" pour la sécurité privée, estime Pascal Gérard, jeudi 23 février 2017. Le directeur des opérations du Cnaps s’exprimait à l’occasion du salon "Securishow", organisé par Marc Dumas conseil à Deauville (Calvados). Ces dispositions posent néanmoins des questions quant à leur application concrète, note Pascal Gérard. Outre la création du nouveau statut, le texte "est allé plus loin que ce qui était prévu" en permettant à l’ensemble des agents de surveillance humaine d’être dotés d’armes "relevant de la catégorie D", telles que des matraques ou des bombes lacrymogènes. "Ces armes non létales peuvent le devenir dans des mains qui ne sont pas formées pour cela", souligne-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le Sénat adopte définitivement le projet de loi relatif à la sécurité publique

Le projet de loi relatif à la sécurité publique est définitivement adopté après la validation par le Sénat, jeudi 16 février 2017, du texte issu de la commission mixte paritaire (lire sur AEF info). Parmi ses principales dispositions, le projet de loi réforme les règles d’engagement des armes pour les policiers et les gendarmes, aggrave les peines pour outrage, rébellion et refus d’obtempérer, et crée un statut d’agent de sécurité armé. Dans son discours, le ministre de l’Intérieur indique qu’il présentera - en complément de ce texte et des mesures du plan "sécurité publique" présenté par son prédécesseur à l’automne 2016 (lire sur AEF info) - "plusieurs mesures en matière de management et de reconnaissance du travail accompli par les policiers et les gendarmes le 27 février prochain". Bruno Le Roux évoque par ailleurs l’enquête relative à l’interpellation du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois.

Lire la suiteLire la suite
L’Assemblée nationale adopte le projet de loi relatif à la sécurité publique issu de la commission mixte paritaire

Les députés valident, mercredi 15 février 2017, le projet de loi relatif à la sécurité publique issu de la commission mixte paritaire (lire sur AEF info). Au cours de l’examen parlementaire, "le texte a conservé l’équilibre fondamental sur lequel le gouvernement avait souhaité qu’il repose", salue Bruno Le Roux. "Il se veut une réponse adaptée aux difficultés croissantes du métier de policier et de gendarme", ajoute le ministre de l’Intérieur. Le projet de loi réforme notamment les règles d’engagement des armes pour les policiers et les gendarmes en dehors des cas de légitime défense, et aggrave les peines pour outrage, rébellion et refus d’obtempérer. Il doit être définitivement adopté par les sénateurs, jeudi 16 février 2017.

Lire la suiteLire la suite