Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Une unité dentaire délocalisée s'ouvre au CHU de Poitiers pour accroître l'offre de soins sur un territoire désertifié

Le 1er février 2017 a ouvert au sein du CHU de Poitiers dans la Vienne une "unité de soins délocalisée" rattachée à la faculté d'odontologie de Nantes. Au sein de cette unité, ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 18h30 sur rendez-vous, se côtoient 17 étudiants en 6e et dernière année et des chirurgiens-dentistes exerçant en libéral. Les libéraux assurent l'encadrement des étudiants ainsi que des vacations au sein de cette unité, particulièrement le samedi et le dimanche matin. But de l'opération qui a associé dès 2014 l'ensemble des acteurs (faculté de Nantes, CHU de Poitiers, URPS, Conseil régional et Ordre des chirurgiens-dentistes) : accroître sensiblement l'offre de soins dentaires dans un département largement sinistré. La Vienne compte 44 praticiens pour 100 000 habitants (63 pour 100 000 en moyenne nationale) et il faut environ trois mois pour décrocher un rendez-vous.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Prothèse dentaires : l'Autorité de la concurrence souligne le caractère « pro-concurrentiel » et « positif » des réseaux de soins agréés

« Sans remettre en cause le principe de libre fixation des honoraires prothétiques, l'Autorité considère que l'assurance maladie et les organismes complémentaires en charge de négocier la nouvelle convention dentaire (1) pourraient, en contrepartie d'une révision de la tarification des soins conservateurs, obtenir de la profession des engagements en matière de tarification des actes prothétiques, associés à une mécanisme de plafonnement des dépassements d'honoraires ». C'est ce que souligne l'Autorité de la concurrence dans un avis publié lundi 12 mars 2012 sur le marché des prothèses dentaires (2). L'Autorité de la concurrence avait été saisie le 15 septembre 2011 par le SNFPD (syndicat des fabricants de prothèses dentaires) sur l'exclusivité de la vente des prothèses dentaires par les chirurgiens-dentistes. Elle souligne que son avis « rejoint » les travaux de la Cour des comptes qui dans un rapport de 2010 (AEF n°261011) recommandait « d'encadrer la liberté tarifaire en matière de prothèses en contrepartie de la revalorisation de certains soins conservateurs dans le cadre de discussions conventionnelles ou dans celui de négociations spécifiques ». Comme la Cour, et « dans le prolongement d'un précédent avis rendu en 2009 », l'Autorité de la concurrence « réaffirme (…) le caractère pro-concurrentiel des réseaux de soins agréés (Mgen, Santéclair, Itelis, Groupama…) et l'effet positif de cette régulation contractuelle du monopole des chirurgiens-dentistes ».

Lire la suiteLire la suite