Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Police technique et scientifique : la Cour des comptes préconise une direction commune à la police et à la gendarmerie

La Cour des comptes constate "une faible mobilisation des forces de police et de gendarmerie pour trouver des mutualisations en matière de police technique et scientifique, malgré les enjeux". C’est qu’indique Jean-Philippe Vachia, président de la quatrième chambre de la Cour des comptes, devant les commissions des Lois et des Finances de l’Assemblée nationale, mercredi 15 février 2017. Il estime que "l’efficacité finale de la police technique et scientifique est mal mesurée" et que son "organisation est d’une complexité extrême". Pour Jean-Philippe Vachia, "le plus urgent est la réorganisation [de la PTS] au sein même de la DGPN", même si la création d’un service central de la police technique et scientifique est "un pas en avant" (lire sur AEF info). Il pointe la nécessité de "mettre en place, à moyen terme, une direction commune de la PTS au sein du ministère de l’Intérieur".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"Le développement de la PTS ne sera soutenable qu’au prix de lourds efforts de mutualisation" (P. Popelin)

"Le développement de la PTS ne sera soutenable, dans le cadre budgétaire contraint, qu’au prix de lourds efforts de mutualisation entre la police et la gendarmerie", estime Pascal Popelin, dans son rapport pour avis au nom de la commission des Lois de l’Assemblée nationale sur le budget des forces de l’ordre pour 2015 (lire sur AEF). "La montée en puissance de la 'PTS de masse', à laquelle il est désormais demandé, par exemple d’effectuer des prélèvements sur toutes les scènes de cambriolages, implique une réflexion profonde. La police technique et scientifique, si elle contribue largement à l’élucidation des crimes et délits, représente un coût croissant, en raison de l’évolution de sa technicité", ajoute dans son rapport, examiné lundi 27 octobre 2014 par la commission des Lois, le député socialiste de la Seine-Saint-Denis.

Lire la suiteLire la suite
« L'amélioration de la mise en oeuvre de la police technique et scientifique passe par un recentrage qualitatif » (Sandrine Mazetier)

« Dans un contexte budgétaire contraint, il apparaît que l'amélioration de la mise en oeuvre de la police technique et scientifique passe par un recentrage qualitatif », affirme la députée Sandrine Mazetier (SRC, Paris), dans son rapport fait au nom de la commission des Finances de l'Assemblée nationale sur la mission « sécurité » du projet de loi de finances pour 2013. « Le 'tout ADN' est coûteux et il comporte le risque d'un effet d'éviction sur les autres domaines de la police scientifique alors que le Fnaeg (fichier national automatisé des empreintes génétiques) ne reçoit pas encore les signalements de tous les mis en cause et qu'il ne concoure qu'imparfaitement à la résolution des affaires les plus simples, de délinquance de masse », précise-t-elle. « Il convient donc de limiter les prélèvements génétiques de PTS de masse à ce qui apparaît nécessaire et utile au binôme constitué par l'enquêteur et l'opérateur de police technique et scientifique », recommande la députée.

Lire la suiteLire la suite