Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les "engagements présidentiels" de Marine Le Pen (Front national) en matière de sécurité

"Recentrer la police et la gendarmerie sur leur mission de sécurité publique en les libérant des tâches indues et administratives", instaurer un principe de "présomption de légitime défense", "instaurer une peine de prison de perpétuité réelle incompressible pour les crimes les plus graves"… Telles sont quelques-unes des propositions de Marine Le Pen en matière de sécurité et de justice. La candidate du Front national pour l’élection présidentielle de 2017, qui a publié son programme samedi 4 février 2017, propose aussi d'"interdire et dissoudre les organismes de toute nature liés aux fondamentalistes islamistes" afin de lutter contre le terrorisme.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir
Le Sénat n’a pas adopté le PLFSS 2021 en nouvelle lecture

Ce jeudi 26 novembre 2020, le Sénat a adopté par 199 voix pour et 38 contre la motion tendant à opposer la question préalable présentée par le rapporteur général de la commission des affaires sociales sur le PLFSS 2021. Il fait valoir que des apports sénatoriaux de première lecture ont été conservés, comme le principe d’une conférence des financeurs du soutien à l’autonomie, l’annulation automatique des numéros de sécurité sociale obtenus de manière frauduleuse, l’extension à cinq ans de la prescription des indus frauduleux ou le déconventionnement d’office en cas de récidive en matière de fraude par un professionnel de santé. Mais subsistent des désaccords sur l’absence de compensation de certaines exonérations de charges notamment, la prise en charge par la Cades d’une partie de la dette des hôpitaux et la nécessité d’une concertation sur le retour à l’équilibre de la branche vieillesse.

Lire la suiteLire la suite