Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°555419

Marine le Pen présente son programme présidentiel : les mesures qui concernent la protection sociale

"Au nom du peuple", tel est le slogan de campagne de Marine Le Pen sur la route de l’élection présidentielle. La candidate du Front national était en meeting à Lyon ce dimanche 5 février 2017 afin de donner le coup d’envoi de sa campagne, au lendemain de la présentation des 144 mesures de son programme, dont plusieurs concernent la protection sociale. Marine Le Pen propose notamment de revenir à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations, de "garantir la sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’assurance maladie", ou encore de supprimer l’AME (aide médicale d’État).

Voici les principales mesures présentées par Marine Le Pen dans le cadre de son programme présidentiel concernant la protection sociale :

Retraite

- Fixer l’âge légal de la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisations pour percevoir une retraite pleine.

- Revaloriser le minimum vieillesse (ASPA) partout en France, y compris en Outre-mer, et le conditionner à la nationalité française ou à vingt ans de résidence en France.

- Instaurer une prime de pouvoir d’achat (PPA) à destination des bas revenus et des petites retraites (pour les revenus jusqu’à 1 500 euros par mois), financée par une Contribution sociale sur les importations de 3 %.

Famille

- Rehausser progressivement le plafond du quotient familial, rétablir la demi-part des veuves et veufs et la défiscalisation de la majoration des pensions de retraite pour les parents de famille nombreuse.

- Mettre en œuvre une "vraie politique nataliste" réservée aux familles françaises, en rétablissant l’universalité des allocations familiales et en maintenant leur indexation sur le coût de la vie.

- Rétablir la libre répartition du congé parental entre les deux parents.

Indépendants

- Créer un bouclier social pour les indépendants en leur proposant le choix de s’affilier au régime général ou de conserver la spécificité de leur régime "après une refonte totale du RSI", qui fonctionnera sur la base de l’auto-déclaration trimestrielle des revenus.

Santé au travail

- Retirer la loi Travail, dite loi El Khomri, qui réforme notamment la médecine du travail.

Santé et assurance maladie

- "Garantir la sécurité sociale pour tous les Français ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’assurance maladie". Pérenniser son financement en simplifiant l’administration du système, "en luttant contre la gabegie financière et en investissant dans les nouveaux outils numériques pour permettre des économies durables".

- Relever le numerus clausus d’accès aux études de santé "pour éviter le recours massif aux médecins étrangers et permettre le remplacement des nombreux départs à la retraite prévus". Favoriser la coopération entre professionnels de santé, en reconnaissant les compétences spécifiques de chacun.

- Lutter contre les déserts médicaux en instaurant un stage d’internat dans les zones concernées, en permettant aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges et en y développant les maisons de santé.

- Maintenir au maximum les hôpitaux de proximité et augmenter les effectifs de la fonction publique hospitalière.

Soutenir les startups françaises pour moderniser le système de santé.

- Faire des économies en supprimer l’AME (aide médicale d’État), en luttant contre la fraude (création d’une carte Vitale biométrique fusionnée avec le titre d’identité), en baissant le prix des médicaments coûteux (via l’augmentation de la proportion de génériques), en développant la vente à l’unité des médicaments remboursables (en imposant aux laboratoires l’adaptation de leurs chaînes de production).

- Protéger la complémentarité du double système de santé public et libéral. Protéger le maillage territorial des acteurs indépendants de la santé (pharmacies, laboratoires d’analyses…).

- Réorganiser et clarifier le rôle et les obligations des agences de sécurité sanitaire et alimentaire et assurer leur indépendance.

Autonomie

- Créer un cinquième risque de sécurité sociale consacré à la dépendance afin de permettre à chaque Français de se soigner et de vivre dans la dignité.

- Revaloriser l’AAH (Allocation aux adultes handicapés), donner plus de moyens aux MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées)

Financement

- Abaisser les charges sociales des TPE-PME en fusionnant l’ensemble des dispositifs d’allégement des charges sociales de manière dégressive (le CICE serait transformé en allégement de charges et entrera dans le dispositif). Cet allégement de charges sera conditionné au maintien de l’emploi.

Assurance vie

- "Sécuriser les dépôts et l’épargne des Français" en abrogeant notamment la disposition de la loi Sapin II qui prévoit la ponction ou le gel de l’épargne bancaire et des contrats d’assurance-vie en cas de menace de crise bancaire.


Fermer

Bonjour

Vous souhaitez contacter

Bénédicte Foucher, journaliste