Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Syndicats de fonctionnaires et associations dénoncent auprès du Premier ministre les ponctions effectuées sur le FIPHFP

"Le gouvernement ne peut continuer ainsi à priver le Fonds de recettes destinées à son action, sauf à remettre en cause de façon délibérée sa volonté affichée en matière d’exemplarité des employeurs publics dans les trois versants" de la fonction publique, réagissent dans un courrier adressé mardi 31 janvier 2017 à Bernard Cazeneuve plusieurs syndicats de fonctionnaires et associations de personnes handicapées à la confirmation par un document budgétaire de la reconduction en 2016 du taux dérogatoire de contribution des universités au FIPHFP pour financer leurs mesures de sécurité. La colère des syndicats et associations est d’autant plus forte que la reconduction de cette ponction s’ajoute aux 87 millions d’euros prélevés sur 2015-2017 sur le fonds pour financer des contrats aidés. Le nouveau directeur du FIPHFP, Dominique Perriot, doit présenter ses projets le 2 février.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
FIPHFP : le CNCPH et le Snesup-FSU demandent au gouvernement de renoncer au taux dérogatoire pour les universités

Le CNCPH considère que la décision permettant aux universités de bénéficier à nouveau d’un taux dérogatoire au FIPHFP (lire sur AEF), "sans information, ni concertation préalable", "ne manquera pas d’avoir un impact réel sur l’action du fonds à court terme et précipitera la fin de son modèle économique déjà sous tension depuis 2013", dans une motion, votée le 26 septembre 2016. De son côté, le Snesup-FSU (1) estime que "le gouvernement et la CPU discriminent les personnes handicapées". Tous deux demandent au gouvernement de renoncer à ce taux dérogatoire. Le CNCPH demande aussi au gouvernement de "chercher d’autres voies et moyens permettant de financer la sécurisation des campus universitaires" et de "lancer rapidement un chantier concernant la sécurisation du financement des fonds et plus généralement des interventions liées à l’emploi des personnes en situation de handicap".

Lire la suiteLire la suite