Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"Supprimer l’agrégation, le CNU et les khâgnes" pour redonner toute sa place à l’université (Fabrice Bouthillon)

Fabrice Bouthillon, professeur d’histoire à l’université de Bretagne occidentale, voudrait être "ministre de l’Éducation un quart d’heure", le temps de prendre trois décrets qui aboliraient : le concours d’agrégation (qui "couronne les qualités inverses de celles qui font le bon universitaire"), le CNU (la thèse suffit à déterminer qui fera un bon chercheur) et les classes préparatoires, qu’il qualifie de "bagne". C’est ce qu’il défend dans son ouvrage "L’impossible université", publié en janvier 2017 (1). L’auteur plaide pour "la fusion des classes prépas et de la faculté des Lettres", pour "laisser les universités s’organiser strictement comme elles l’entendent, quitte à priver de crédits celles qui feraient des folies", fusionner les corps de maître de conférences et de professeur, recruter les enseignants du secondaire sur leurs notes à l’université ou par tirage au sort.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
DÉCRYPTAGE. Faut-il maintenir l'agrégation du supérieur ?

« On peut toujours s'accommoder du statu quo, en considérant qu'un rituel universitaire n'a jamais nui à personne, et qu'au pays d'Amélie Poulain, un concours pittoresque agrémente les représentations mentales de la patrie. Sauf que les inconvénients de l'agrégation nationale sont très lourds », déclarait Laurent Batsch, président de Dauphine, dans une tribune publiée en octobre dernier sur le Huffington Post. Un point de vue exprimé par le président d'une université dont deux enseignants sur trois relèvent de ces disciplines qui recrutent par agrégation. Alors « mode de recrutement archaïque » ou « symbole d'excellence », faut-il conserver l'agrégation du supérieur, système hérité de la fin du XIXe siècle ? AEF fait le point sur les différents arguments invoqués pour et contre cette procédure typiquement française, au moment où est discuté le projet de révision du décret enseignant-chercheur (AEF n°472517).

Lire la suiteLire la suite