Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Norme ISO 20400 sur les achats responsables : Jacques Schramm, qui l'a pilotée, répond à AEF après son vote définitif

Un vote positif de 22 pays, intervenu à l’issue de la consultation close le 31 janvier 2017, rend désormais possible la publication d’ici quelques semaines de la norme ISO 20400 sur les achats responsables. Elle vise à être appliquée dans les services achats des entreprises et administrations, mais aussi par leurs parties prenantes  (agences de notation, fournisseurs). Le Français Jacques Schramm, initiateur et président du groupe international qui a réalisé trois ans et demi de travaux, a accordé une interview à AEF mi-janvier 2017, où il revient sur l'apprentissage et l'effort de diplomatie réalisé, ainsi que sur le contenu de la norme. Forte de ce nouveau savoir-faire, la délégation française se dit désormais prête à s'atteler aux prochains dossiers : la promotion de l'ISO 20400, et un futur standard européen d'achats dans le secteur des services.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"Pour 42% des acheteurs, les achats responsables sont désormais prioritaires" (baromètre Obsar-Opinionway)

Présenté mercredi 10 février 2016, le baromètre 2016 des achats responsables Obsar-Opinionway "confirme une pratique ancrée chez les acheteurs" : pour 42 % d’entre eux, les achats responsables sont désormais prioritaires. "L’autre priorité déclarée reste sans surprise la réduction des coûts, qui n’apparaît plus comme alternative et encore moins incompatible avec les achats responsables. Le principal frein n’est d’ailleurs plus le frein budgétaire (moins 10 points, à 41 %) mais celui du manque d’indicateurs et de référentiels clairs (45 %)", souligne l’Obsar, qui y voit là une raison de poursuivre ses travaux en vue de la mise au point de la norme internationale ISO 24000.

Lire la suiteLire la suite