Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

La moitié des allocataires de minima sociaux ont un niveau de vie inférieur à 910 euros par mois

La Drees, dans le dernier numéro de décembre de ses Dossiers, publie une nouvelle analyse sur le niveau de vie des bénéficiaires de minima sociaux. En prenant l’angle des dépenses contraintes incompressibles, comme le logement, l’étude montre que, une fois ces dépenses retranchées, ces ménages ont moins de revenus à dépenser librement que le reste de la population. En moyenne, pour la moitié d’entre eux, une fois ces dépenses contraintes retranchées, le revenu "arbitrable" restant à leur disposition est inférieur à 400 euros.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cnaf donne un avis favorable aux décrets sur la réforme des minima sociaux

Deux projets de décret, un simple et un en conseil d’État, ont été examinés le mardi 6 décembre par le conseil d’administration de la Cnaf. Pris en application de l’article 49 du projet de loi de finances pour 2017 (lire sur AEF), en cours de lecture au Parlement, ils formalisent la première étape de la mise en œuvre de la réforme des minima sociaux, prévue par le rapport Sirugue remis au Premier ministre en avril dernier. Ces projets de décrets portent sur la mise en place d’un lissage des droits perçus pour chaque trimestre, la dématérialisation de la demande de RSA ; et l’allongement à 20 ans de l’accord MDPH pour les taux d’incapacité égaux ou supérieurs à 80 %.

Lire la suiteLire la suite