Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Dévolution du patrimoine : pourquoi l’université de Bourgogne a retiré sa candidature

"La priorité, c’est de retrouver l’équilibre budgétaire", indique Alain Bonnin, président de l’UB, dans un entretien à AEF le 19 décembre 2016. L’UB sera alors en mesure de "sanctuariser" le GER. Un prérequis imposé par l’État aux établissements qui souhaitent accéder à la dévolution du patrimoine, dans lequel l’UB ne pouvait pas s’inscrire au regard de son budget prévisionnel pour 2017 (en déficit). L’établissement a mis en place cette année, dans le cadre de la GBCP, un centre de responsabilité budgétaire "patrimoine". "Cette autonomisation budgétaire […] préfigure, dans mon esprit, un futur budget annexe du patrimoine" contribuant à préparer la dévolution du patrimoine, souligne Alain Bonnin. Il reste convaincu que la maîtrise du patrimoine est essentielle pour une université : elle constitue notamment "un levier pour construire des relations rénovées avec les acteurs de la société".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Université de Bourgogne : CGT et FSU dénoncent "un plan d’austérité sans précédent" pour "obtenir la dévolution"

"Les personnels de l’université de Bourgogne sont actuellement soumis à un plan d’austérité sans précédent ", selon la CGT et la FSU, qui appellent à un rassemblement le 8 juillet 2016 lors de la réunion du CA. "Au moins 35 CDD ne seront pas renouvelés en septembre" et "de nombreux postes seront gelés", indiquent-ils. Ils y voient une manœuvre destinée à "assainir artificiellement les comptes de l’université […] pour obtenir la dévolution du patrimoine". La situation de l’UB "impose un certain nombre d’efforts budgétaires […] et notamment le non-renouvellement de certains CDD", répond le président de l’UB dans un courriel adressé à la communauté, où il tempère les chiffres diffusés par les syndicats. 28 personnes en CDD, arrivées au terme des 3 ans prévus dans la charte des contractuels, seront reconduites un an pour préparer leur "transition professionnelle", annonce-t-il.

Lire la suiteLire la suite