Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Publier plus de résultats expérimentaux négatifs éviterait de "canoniser" des erreurs scientifiques (Carl Bergstrom)

La tendance qu'ont les journaux scientifiques à publier principalement des résultats expérimentaux positifs n’est pas sans influencer la manière dont les chercheurs "canonisent" les faits, autrement dit les tiennent pour acquis parce que démontrés. C’est ce que prétend Carl Bergstrom, professeur de biologie à l’université de Washington à Seattle (États-Unis), qui publie une étude de ce "biais" des publications scientifiques dans le journal eLife, mardi 20 décembre 2016. Or, constate-t-il au terme de cette étude, "plus le taux de publication de résultats négatifs est faible, plus le risque de 'canoniser' des erreurs augmente". Aussi plaide-t-il d’une part pour approfondir l’étude des biais susceptibles d’affecter la recherche (dont l’origine de ses financements), d’autre part pour un "changement culturel" de la communauté scientifique quant au partage de ses "échecs" expérimentaux.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement