Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Face aux retours des djihadistes en Europe, Gilles de Kerchove incite les 28 à partager davantage d'informations

Le coordinateur de l’Union européenne pour la lutte contre le terrorisme appelle les pays membres à renforcer les échanges d’informations pour lutter contre les djihadistes européens de retour de Syrie ou d’Irak. Dans un rapport présenté aux ministres de l’Intérieur, vendredi 9 décembre 2016, et révélé par le site statewatch.org, Gilles de Kerchove explique que "les combattants terroristes étrangers ne regagnent pas toujours immédiatement leur pays" et que certains d’entre eux "se cachent et attendent intentionnellement dans un autre État" pour ne pas être repérés. "Certains vont dans un autre pays pour préparer une attaque, d’autres rentrent via plusieurs pays ou se cachent dans les flots de réfugiés", insiste Gilles de Kerchove, qui invite également les 28 à développer le partage d’informations avec les États-Unis.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les services de renseignement européens doivent "utiliser les plateformes comme Europol et le SIS" (Gilles de Kerchove)

Le "grand défi" de la lutte antiterroriste est "de convaincre les services de renseignement d’utiliser les plateformes européennes comme Europol et le SIS", affirme Gilles de Kerchove, mardi 5 avril 2016. Interrogé sur France inter deux semaines après les attentats de Bruxelles, le coordinateur de l’UE pour la lutte contre le terrorisme estime qu’il est faux de penser "que les services de renseignement n’échangent pas entre eux". Il juge néanmoins que ceux-ci doivent "alimenter" davantage les "structures européennes en renseignement". Gilles de Kerchove remarque que les signalements dans le SIS "aux fins d’observations discrètes" ont augmenté "en quelques mois", ce qui constitue une "progrès considérable". Concernant Europol, le coordinateur explique que "c’est plus compliqué, car c’est une agence de coopération policière et les services de renseignement préfèrent travailler entre eux".

Lire la suiteLire la suite