Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Un diplômé d’Oxford poursuit l’université pour un enseignement "mauvais" et "ennuyeux" suivi il y a 16 ans

Un diplômé d’Oxford de 38 ans réclame en justice 1 M£ (1,2 M€) à son université, estimant que l’enseignement "épouvantablement mauvais" et "ennuyeux" qu’il a suivi il y a 16 ans dans un cours d’histoire moderne du Brasenose College l’a empêché d’obtenir le diplôme qu’il visait ("first-class degree"), et donc de réussir une carrière d’avocat international, relate The Guardian. L’université d’Oxford soutient que la revendication est sans fondement et devrait être annulée en raison du temps écoulé. Mais le 5 décembre 2016, un "high court judge" a autorisé la poursuite de cette action et estimé qu’une partie de la revendication avait des chances d’aboutir. Si le diplômé gagne, l’affaire pourrait "ouvrir les vannes à des revendications similaires d’étudiants, se plaignant de l’insuffisance d’un enseignement, d’un logement inapproprié et de mauvaises décisions", commente The Guardian.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Premier emploi : les diplômés en sciences humaines d'Oxford university s'adaptent facilement aux besoins de l'économie

Entre 1960 et 1989, « un nombre croissant » de diplômés en sciences humaines (1) d'Oxford university « ont trouvé leur premier emploi dans la finance ou les secteurs porteurs de croissance », indique une étude de cette université, « Humanities graduates and the british economy : the hidden impact » (2). Qui plus est, ces diplômés se sont dirigés vers certains des secteurs les plus dynamiques, plus précocement ou plus rapidement « que la tendance nationale ». Publiée en juillet 2013, l'étude s'appuie sur le parcours d'un tiers des diplômés en sciences humaines d'Oxford, entre 1969 et 1980, et s'inscrit dans un contexte de « suppression des financements directs des sciences humaines ». Elle analyse aussi comment ces formations et le système du « tutorial » influencent la carrière des diplômés.

Lire la suiteLire la suite