Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Une salariée enceinte qui agresse une collègue commet une faute grave justifiant son licenciement

La Cour de cassation valide le 30 novembre 2016 le licenciement pour faute grave d’une salariée un mois après qu’elle a informé son employeur de sa grossesse. Les hauts magistrats constatent que l’intéressée avait agressé une de ses collègues, en dépit d’un avertissement notifié peu avant pour des faits similaires. Ces manquements graves à ses obligations contractuelles, sans lien avec son état de grossesse, rendaient impossible son maintien dans l’entreprise.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Rupture de la période d’essai en raison de la grossesse : les recommandations du Défenseur des droits aux victimes

Le Défenseur des droits a publié dans le courant de l’été une décision-cadre destinée à soutenir "les réclamantes s’estimant victimes d’une rupture de période d’essai en raison de leur état de grossesse". Adoptée en juillet après consultation du collège compétent en matière de lutte contre les discriminations et de promotion de l’égalité, cet outil vise à aider les femmes s’estimant victimes à constituer leur dossier juridique. Le Défenseur des droits y rappelle la législation en vigueur ainsi que les décisions de justice rendues en la matière et émet plusieurs recommandations.

Lire la suiteLire la suite