Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Pisa et Timss : Jean-Michel Blanquer répond à la mise en cause des programmes de 2008

"Je crois qu’il faut s’éloigner du ridicule qui consiste à vouloir plaquer des slogans politiques sur des évaluations scientifiques sérieuses et subtiles", déclare à AEF Jean-Michel Blanquer, ancien Dgesco, mis indirectement en cause par Najat Vallaud-Belkacem à propos des programmes de 2008. "Nous aurons besoin dans le futur pour faire progresser l’école d’une unité nationale qui crée la confiance" juge-t-il, regrettant que "certains pans de l’institution" aient longtemps bloqué une "pédagogie efficace […] au nom de dogmes". Défendant son bilan, notamment les internats d’excellence, exemples selon lui d’une politique ciblée, il plaide pour la généralisation de ces "méthodes qui fonctionnent" en apportant "des solutions différenciées à des situations diverses." Concernant la voie professionnelle, il estime que "la diminution du décrochage" passe par la généralisation de l’apprentissage.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Plus de maîtres que de classes » : un dispositif aux « résultats loin d'être systématiquement positifs » (Bruno Suchaut)

« Le risque principal » associé au dispositif « plus de maîtres que de classes » est que « les enseignants responsables de la classe accordent moins d'attention aux élèves en difficulté, laissant ainsi à l'autre adulte la responsabilité de leur prise en charge », écrit Bruno Suchaut, professeur en sciences de l'éducation, détaché à l'URSP (Unité de recherche pour le pilotage des systèmes pédagogiques) à Lausanne (Suisse), dans une étude publiée en mars 2013. « Cela peut même conduire à ce que ces élèves, comme dans le cas d'une prise en charge externe, soient séparés du curriculum principal de la classe. » Bruno Suchaut livre une « analyse des conditions de l'efficacité du dispositif », rappelant au regard des expériences étrangères, que « la co-intervention, pour être efficace, doit être pensée en termes de complémentarité et en définissant précisément les tâches de l'enseignant supplémentaire, ce qui nécessite sans doute de la part du tandem d'avoir un certain entraînement dans ce domaine », d'autant plus « si l'un des deux est peu expérimenté » (1).

Lire la suiteLire la suite