Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Une "école française numérique à l'étranger" en réponse à une "forte demande" éducative internationale (A.Grillo, MAEDI)

"Nous avons senti un besoin marqué avec une forte demande d’éducation, les gens sont prêts à payer" pour bénéficier d’une ingénierie pédagogique "à la française", indique à AEF le 6 décembre 2016 Anne Grillo, directrice de la culture, de l’enseignement, de la recherche et du réseau à la DGM du MAEDI. De ce constat est né l'"école française numérique à l’étranger", qui prendra la forme d’un point d’entrée unique pour proposer un enseignement "complétant ce qui se fait dans le réseau d’écoles et pour l’apprentissage du FLE". Ce projet, qui associe le MENESR, consiste à "penser un modèle crédible" capable de s’autofinancer à partir d’une offre fédérée de contenus et de services éducatifs. Il s’agit aussi d'"attirer de nouveaux publics" en ciblant environ 2 millions d’élèves, 200 000 enseignants français et étrangers, ainsi que 126 millions de personnes intéressées par le FLE.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Enseignement français à l'étranger : la Cour des comptes recommande de « mieux formaliser sa stratégie d'ensemble »

L'enseignement français à l'étranger doit relever trois « défis majeurs », selon la Cour des comptes, dans un référé publié jeudi 12 septembre 2013 (1) : « préserver l'équilibre entre missions de service public et rayonnement », « assurer la soutenabilité budgétaire du dispositif » et « préserver la qualité pédagogique, marque de fabrique du réseau français ». La Cour des comptes demande que l'état, « afin de préserver le précieux atout » que représentent les 485 établissements du réseau, « s'attache à mieux formaliser la stratégie d'ensemble et veille à améliorer la gestion de son opérateur principal, l'AEFE ». Dans sa réponse, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, affirme que « l'une de [ses] priorités est de conserver l'excellence pédagogique de l'enseignement français à l'étranger » et demande « une implication plus affirmée de l'éducation nationale ».

Lire la suiteLire la suite