Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Pisa 2015 n’évaluera pas les effets de la politique du quinquennat Hollande (Andreas Schleicher, directeur de Pisa)

"Les résultats de Pisa ne tiennent pas de la magie : ils reflètent seulement les efforts fournis par le pays", affirme Andreas Schleicher, directeur de cette enquête de l’OCDE, lors d’un entretien à AEF en novembre 2016. Quelques semaines avant la publication des résultats l’enquête de Pisa 2015, il prévient : "l’impact des réformes amorcées depuis 2012 ne sera pas visible car les données ont été collectées en 2015". Le directeur de Pisa revient sur les deux nouveautés introduites lors de cette édition et sur le rapport que la France entretient avec l’enquête. "Les professionnels de l’éducation y accordent désormais de l’importance, enseignants comme chefs d’établissements." Concernant le système éducatif français, il préconise "davantage de différenciation entre enseignants" et "une plus grande cohérence entre les défis et les ressources".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Pisa: le pourcentage d'élèves de 15 ans "peu performants" augmente en mathématiques et en compréhension écrite en France

La France compte 13 % d’élèves âgés de 15 ans peu performants (1), soit quasiment la moyenne des pays de l’OCDE (à 12 %), constate l’organisation dans l’étude Pisa 2012 intitulée "Les élèves en difficulté : pourquoi décrochent-ils et comment les aider à réussir ?". L’OCDE indique que "les pays n’ont, pour la plupart, guère progressé ces 10 dernières années en ce qui concerne l’aide apportée aux élèves les plus faibles". La France a même régressé : entre Pisa 2003 et la version 2012, dont sont extraites ces données, "le pourcentage d’élèves peu performants a augmenté de 6 points en mathématiques, […] de 4 points en compréhension de l’écrit depuis Pisa 2000, et est resté inchangé en sciences depuis Pisa 2006". L’étude relève que les élèves sont "plus susceptibles d’être moins performants dans les établissements privés sous contrat".

Lire la suiteLire la suite
Une centaine d'universitaires s'élève contre Pisa, Andreas Schleicher, son directeur, pointe de "fausses affirmations"

Une centaine d’universitaires, chefs d’établissement et parents originaires des États-Unis, d’Angleterre, de Suède, de Nouvelle-Zélande ou du Canada, expriment au directeur du programme Pisa (1), Andreas Schleicher leur "profonde inquiétude" quant à l’impact de ce test sur les systèmes éducatifs dans une lettre publiée par "The Guardian" le 6 mai 2014. Ils lui reprochent notamment d’avoir contribué à multiplier le recours aux tests standardisés et d’interdire aux systèmes éducatifs d’agir sur le long terme, leur attention étant portée sur le prochain test. Ils proposent de développer des alternatives aux classements, de faire étudier le dispositif Pisa par "une équipe indépendante et internationale". Andreas Schleicher, directeur du programme Pisa leur répond le 8 mai, jugeant leurs critiques "fausses". Pour lui, ce test "permet aux décideurs de collaborer par delà les frontières".

Lire la suiteLire la suite